Archives par mot-clé : sentiments

C’est quoi la compassion stupide?

Dans la séance de cette fois-ci, nous explorerons la “compassion stupide”. Vous apprendrez la différence entre la compassion authentique, qui signifie “souffrir avec”, et mène à des actions pour aider les autres à réduire leurs souffrances en “les aidant vers leur bien-être”.

En revanche, la compassion idiote consiste à donner aux gens ce qu’ils veulent parce que nous ne pouvons pas supporter de les voir souffrir. Au lieu d’aider les autres à sortir de leur situation en s’aidant eux-mêmes, nous leur donnons plus de poison, ou à tout le moins, nous ne faisons rien pour le leur enlever. Ce n’est pas du tout de la compassion! C’est de l’égoïsme, car nous sommes plus préoccupés par nos propres sentiments que par les besoins réels de notre ami.

Martin Ucik

L’amour inconditionnel existe-t-il?

La réponse dépend de notre définition de l’amour. Tant que la définition inclut l’esprit, les sentiments ou les actions dans le temps et dans l’espace, ce qui est absolument raisonnable, l’amour est toujours conditionnel ou local. Sinon, nous tomberions dans ce qu’on appelle “le mythe du donné” — l’idée que les expériences peuvent nous donner une certitude absolue sur l’existence.

Si notre définition transcende le temps et l’espace, et donc notre sens séparé de soi dans une conscience non duelle, alors l’amour devient non local et nous pouvons le conceptualiser comme un amour inconditionnel. Dans notre cours de pleine conscience intégrale, nous explorerons quatre facettes de base de l’amour conditionnel, et ce que nous pouvons appeler l’amour inconditionnel.

Martin Ucik

Module 18: L’inconscient

Apprenez et exercez-vous à maîtriser votre combat émotionnel principal, votre fuite ou vos réactions figées à la réalité de votre partenaire au lieu de les projeter vers l’extérieur sur lui (tu es responsable de me faire réagir ou ressentir de cette façon). Séparez vos observations de vos émotions. Entrez en contact avec les sentiments de vulnérabilité sous-jacents qui sont protégés par vos principales réactions émotionnelles. Assumez la responsabilité de vos sentiments en les (re) possédant et en les désidentifiant (j’ai des sentiments mais je ne suis pas mes sentiments), au lieu de les projeter, de les dissocier, les réprimer, les nier ou les séparer.

Une fois que vous vous sentez plus calme et plus en phase avec vous-même, reprenez la communication avec votre partenaire d’une manière moins protégée et moins attachée à vos mécanismes de défense inconscients de manière honnête et vulnérable.

Les résultats de cette approche “d’amour sans défense” de partage mutuel entre les couples sont des niveaux de plus en plus élevés de paix intérieure et de joie, et un approfondissement de l’intimité, de l’amour et de la connexion avec votre partenaire s’il est disponible émotionnellement, au lieu de se battre et de se séparer. Cependant, “l’approche de l’amour non défendu” (dans le sens du pour lequel on ne veut pas se battre) ne signifie pas avoir des limites faibles, malsaines ou poreuses et accepter toutes sortes de comportements abusifs, tels que rompre des accords, profiter de vous ou être intentionnellement blessé physiquement ou émotionnellement par votre partenaire. Au lieu de cela, cela nous permet de guérir notre inconscient (y compris l’ombre) en créant un “récit cohérent” sur notre passé.

Martin Ucik

Module 6: La communication compassionnelle

Apprenez et pratiquez comment les gens communiquent au sixième niveau de développement de la conscience.

Les gens à ce niveau ou valmème (VERT) rejettent l’idée de vérités objectives et absolues. Ils soulignent l’importance que chaque observation ou expérience doit être placée dans un contexte relatif, culturellement construit et que la subjectivité individuelle doit être prise en compte, respectée et validée. Au lieu de faire confiance à l’esprit et aux sens, ils déplacent le centre de leur communication pour exprimer des observations subjectives, des sentiments, des besoins non satisfaits et faire des demandes (plutôt que des exigences).

Ceci est résumé dans ce qui est devenu connu aujourd’hui sous le nom de communication compatissante ou non violente. Pour pratiquer ce type de communication, nous allons d’abord identifier les besoins spécifiques que nous avons lorsque nous nous rapportons à d’autres personnes. Ensuite, nous ferons la différence entre les interprétations des situations et les sentiments qui surviennent lorsque nos besoins ne sont pas satisfaits et comment nous pouvons exprimer authentiquement ces sentiments. Cela nous conduit à une pratique dans laquelle nous faisons des demandes réalisables qui communiquent clairement pourquoi, quoi, quand, où et comment nous voulons que notre partenaire fasse quelque chose au lieu de faire des exigences. Enfin, nous examinerons la différence entre besoins et nécessités.

Martin Ucik

L’article La matrice de compatibilité vous permettra de voir quel niveau ou valmème harmonise ou fonctionne bien avec quel autre valmème.

La colère et la peur sont-elles inévitables?

Être capable de ressentir des émotions fait partie de ce qui nous rend humains. Alors oui, elles sont inévitables. Les émotions primaires ont évolué en réponse aux défis rencontrés par nos ancêtres éloignés et sont devenues “câblées” dans différentes parties de notre cerveau.

Elles sont généralement identifiées comme le bonheur, la tristesse, le dégoût, la peur, la surprise, la colère, la honte et l’excitation, avec des expressions faciales correspondantes qui sont universellement reconnues. Il existe de nombreuses couches d’émotions plus subtiles et apprises telles que la fierté, l’ennui, la distraction, le désir, l’amour, etc. Tenter de se débarrasser des émotions négatives ou douloureuses par la répression, la dissociation ou la séparation ne fonctionne pas, car elles finiront par fuir de manière incontrôlée, ce qui nous limite et nuit aux autres. La distance émotionnelle nous rend également indisponibles aux émotions positives joyeuses et nous empêche de montrer de l’empathie, de la compassion, des soins et de l’amour pour les autres, ce qui est bien sûr essentiel pour des relations intégrales saines. Ainsi, il est important de devenir émotionnellement intelligent et disponible en apprenant à rester présent avec tous nos sentiments et émotions, à les identifier avec précision, à les considérer comme notre réaction à la réalité des autres et à les exprimer sans jugement, de manière non-violente, compatissante et authentique au lieu de les blâmer, de les juger et de les projeter sur les autres.

Martin Ucik

Comment puis-je m’exprimer pour avoir de meilleures relations?

Ma première suggestion est de commencer la conversation en étant curieux de ce que les autres pensent et ressentent, et d’écouter activement sans juger, projeter et former des réponses dans notre tête. La plupart des gens sont plus ouverts à vous entendre lorsqu’ils se sentent d’abord entendus et compris par vous. Vous vérifiez cela en disant;
– ce que je t’ai entendu dire est…,
– et tu ressens quoi?

Deuxièmement, vous voudrez peut-être clarifier à l’avance quels sont vos intérêts et les résultats souhaités pour la conversation, et non seulement énoncer vos positions et faire des demandes.

Troisièmement, en fonction de ce que vous voulez exprimer, trouver le bon moment et le bon endroit peut être crucial, alors encore une fois, demander peut aider (je voudrais parler avec toi de … quel serait le bon moment et le bon endroit pour toi?)

Quatrièmement, la plupart des gens sont plus ouverts à vous entendre si vous exprimez des sentiments vulnérables et pas seulement des pensées. Cela nécessite bien sûr que vous soyez en contact avec vos sentiments. Enfin, si vous ne vous sentez toujours pas entendu et compris, ou si vous êtes jugé et rejeté, votre partenaire peut être à un niveau différent de développement émotionnel et de conscience. Être à un niveau de conscience Intégral ou supérieur vous permet soit d’ajuster votre communication au niveau de votre partenaire, soit d’y mettre fin avec bonté, car ce que vous dites est au-dessus de sa tête, et il n’y a aucun moyen qu’il ou elle puisse vous comprendre.

Je donne tellement et ne reçois rien!

Vous êtes probablement très autonome et assumez la responsabilité de chaque problème qui apparaît dans votre vie, vous n’avez donc vraiment besoin de personne. En ce qui concerne vos propres sentiments, besoins et désirs, vous y prêtez à peine attention et les exprimez rarement. Votre relation est très probablement profondément déséquilibrée, puisque vous donnez beaucoup plus souvent que vous ne recevez. Cela crée une distance entre vous et votre partenaire, qui pense que vous n’avez pas vraiment besoin de lui, que vous ne voulez pas, ne l’appréciez pas ou même que vous ne l’aimez pas, parce que vous lui demandez rarement quelque chose ou acceptez son aide. Lorsque vous vous sentez dépassée, épuisée ou frustrée et que vous exprimez enfin un besoin ou un désir, qui peut se produire à un moment inapproprié et d’une manière exigeante ou blâmante, votre partenaire peut se sentir agacé et vous rabaisser. Cela vous fait vous sentir rejetée et évoque une vieille blessure d’être un fardeau pour les autres.

En substance, vous semblez avoir une mauvaise croyance à propos de la vie, des autres et de vous-même qui découle peut-être de votre enfance. Pour inverser ce processus, je vous suggère de vous connecter plus profondément à vos sentiments, vos besoins et vos désirs, et de les accueillir avec amour. Ensuite, la vérité se révélera: vos sentiments, vos besoins et vos désirs sont valides et essentiels pour votre propre bien-être ainsi que le bien-être des autres. Cela vous permet de demander ce dont vous avez besoin et de le recevoir sans vous sentir contraignante pour votre partenaire, et ainsi de construire une relation plus équilibrée et plus aimante.

Avec ce blog, nous voulons donner des d’informations sur la façon dont vous pouvez comprendre et guérir votre schéma.

Librement traduit et adapté de: integralrelationship.com/i-am-so-giving/