Archives par mot-clé : non-violence

Module 6: La communication compassionnelle

Apprenez et pratiquez comment les gens communiquent au sixième niveau de développement de la conscience.

Les gens à ce niveau ou valmème (VERT) rejettent l’idée de vérités objectives et absolues. Ils soulignent l’importance que chaque observation ou expérience doit être placée dans un contexte relatif, culturellement construit et que la subjectivité individuelle doit être prise en compte, respectée et validée. Au lieu de faire confiance à l’esprit et aux sens, ils déplacent le centre de leur communication pour exprimer des observations subjectives, des sentiments, des besoins non satisfaits et faire des demandes (plutôt que des exigences).

Ceci est résumé dans ce qui est devenu connu aujourd’hui sous le nom de communication compatissante ou non violente. Pour pratiquer ce type de communication, nous allons d’abord identifier les besoins spécifiques que nous avons lorsque nous nous rapportons à d’autres personnes. Ensuite, nous ferons la différence entre les interprétations des situations et les sentiments qui surviennent lorsque nos besoins ne sont pas satisfaits et comment nous pouvons exprimer authentiquement ces sentiments. Cela nous conduit à une pratique dans laquelle nous faisons des demandes réalisables qui communiquent clairement pourquoi, quoi, quand, où et comment nous voulons que notre partenaire fasse quelque chose au lieu de faire des exigences. Enfin, nous examinerons la différence entre besoins et nécessités.

Martin Ucik

L’article La matrice de compatibilité vous permettra de voir quel niveau ou valmème harmonise ou fonctionne bien avec quel autre valmème.

La colère et la peur sont-elles inévitables?

Être capable de ressentir des émotions fait partie de ce qui nous rend humains. Alors oui, elles sont inévitables. Les émotions primaires ont évolué en réponse aux défis rencontrés par nos ancêtres éloignés et sont devenues “câblées” dans différentes parties de notre cerveau.

Elles sont généralement identifiées comme le bonheur, la tristesse, le dégoût, la peur, la surprise, la colère, la honte et l’excitation, avec des expressions faciales correspondantes qui sont universellement reconnues. Il existe de nombreuses couches d’émotions plus subtiles et apprises telles que la fierté, l’ennui, la distraction, le désir, l’amour, etc. Tenter de se débarrasser des émotions négatives ou douloureuses par la répression, la dissociation ou la séparation ne fonctionne pas, car elles finiront par fuir de manière incontrôlée, ce qui nous limite et nuit aux autres. La distance émotionnelle nous rend également indisponibles aux émotions positives joyeuses et nous empêche de montrer de l’empathie, de la compassion, des soins et de l’amour pour les autres, ce qui est bien sûr essentiel pour des relations intégrales saines. Ainsi, il est important de devenir émotionnellement intelligent et disponible en apprenant à rester présent avec tous nos sentiments et émotions, à les identifier avec précision, à les considérer comme notre réaction à la réalité des autres et à les exprimer sans jugement, de manière non-violente, compatissante et authentique au lieu de les blâmer, de les juger et de les projeter sur les autres.

Martin Ucik