Archives par mot-clé : humanité

Un monde meilleur – 4/4

Cette dernière composante du modèle RAI est la plus importante et montre pourquoi la co-création et la procréation pour les plus jeunes dans des relations amoureuses intégrales compte énormément pour faire de cette planète un monde meilleur et un futur soutenable pour l’humanité.

Un certain nombre de personnes voient la société comme la somme des individus qui pensent et agissent indépendamment les uns des autres.  A l’opposé, d’autres nous voient comme un macro-organisme holistique (nous sommes tous un) ou un système social qui contrôle et gouverne les êtres humains individuels. Que ce soit dans un cas tout comme dans l’autre, les individus des sociétés modernes et post-modernes donnent généralement la plus haute valeur ou priorité à l’individu.

Le modèle RAI s’attache à démontrer que nous sommes des « êtres relationnels » et que se retrouver dans une relation amoureuse ou saine est essentiel pour devenir un être humain complet (au niveau des sept chakras dans les quatre quadrants en équilibrant et harmonisant les polarités masculines et féminines). C’est également fondamental pour créer des familles fonctionnelles comme parties de communautés qui se développent dans un monde dans lequel chacun peut s’épanouir. En voici les cinq points.

1. Les défis globaux et leur création au travers de la sélection sexuelle. (Ce premier point nous montre que pour rendre le monde meilleur, nous devons prendre conscience des défis globaux les plus importants auxquels l’humanité fait face et comment ces problèmes ont été créés au travers de notre choix du/de la partenaire sexuel/le.)

2. La primauté est donnée aux couples intégraux. (La deuxième ligne montre que les relations d’amour intégrales sont essentielles ou primordiales pour être un humain complet et pour répondre aux défis globaux que le monde affronte.)

3. Compréhension et accord (consensus) mutuels quant à ce qui est: moralement ou éthiquement juste, réel ou vrai du point de vue critique, esthétiquement beau et fonctionnellement pratique. (Le troisième élément indique que trouver une compréhension mutuelle et un accord avec sa/son partenaire à propos de ce qui est juste, vrai, beau et fonctionnel dans une situation donnée est crucial pour une relation amoureuse vivifiante et pour faire une différence positive dans le monde.

4. Les recherches de validité féminine/masculine dans la sphère privée et publique: soutien, compassion, sentiments, relations (plutôt féminin), droits, justice, rationalité, autonomie (plutôt masculin). (Ce quatrième point montre que ce consensus doit être atteint au travers d’un discours éthique qui donne de bonnes raisons féminines et masculines (appelées demandes de validité) pour les domaines féminins et masculins indiqués sous l’élément 3 vu qu’ils font partie du domaine public et privé.)

5. Action communicative (dites ce que vous faites et faites ce que vous dites). (Ce cinquième élément montre l’importance d’agir de manière appropriée une fois le consensus atteint au sein du couple au travers d’une communication qui applique une éthique dans le discours. De ce fait, ce processus est appelé l’action communicative, car la parole est facile, mais l’action, entreprise avant de penser et de ressentir les choses au niveau du couple et de parvenir à une compréhension et un accord mutuels, conduit souvent à davantage de malentendus, de conflits, de chaos et de problèmes.

Est-ce vraiment important de trouver l’objectif de sa vie?

Cela peut ne pas être important pour vous personnellement, mais c’est important pour le reste d’entre nous. Comme tous les êtres vivants, vous vivez déjà les parties essentielles de votre objectif qui est de survivre, rejoindre des groupes et rechercher la meilleure qualité de vie ou de bonheur possible.

Trouver et vivre votre objectif au-delà de cet impératif biologique est finalement votre choix. Les recherches montrent clairement que les personnes qui développent la capacité d’être dans des relations amoureuses prospères à long terme, d’élever des enfants en bonne santé, de s’engager dans l’apprentissage, la guérison, la croissance et l’éveil continus et vivent un but qui sert les autres en créant plus de bonté, de vérité, de beauté ou de fonctionnement sont plus heureux et vivent plus longtemps. Même si cela ne vous semble pas important, en tant qu’humanité, nous avons besoin de vous et du plus grand nombre possible de personnes pour procréer à des taux durables, élever leurs enfants dans des familles et des commu-nautés fonctionnelles et partager leurs dons uniques pour rendre le monde meilleur. En d’autres termes, il est important pour nous que vous fassiez partie de la solution en vivant le but de votre vie au lieu de faire partie du problème.

Martin Ucik

Quels besoins sont OK?

Plus les gens avancent en âge, plus leurs besoins, leurs envies deviennent nombreux et plus précis, du moins la plupart du temps. Notamment les femmes savent très bien ce qu’elles ne veulent plus après une première, une deuxième, voire une troisième expérience.

L’un des impératifs catégoriques d’Emmanuel Kant est « Agissez de manière à traiter l’humanité, que ce soit en votre personne ou au nom d’une autre, toujours comme une fin et jamais comme un simple moyen » s’applique à toute relation humaine: d’homme à femme et de femme à homme.

Vu que nos besoins et nos désirs, et la capacité ou volonté de notre partenaire à y répondre, changent tout le temps, nous avons besoin de règles, de préceptes ou de principes pour guider nos actions ou nos attentes à tout moment de la vie, indépendamment d’une situation particulière. Avec Aristote et d’autres philosophes, Kant voyait le « bonheur » comme l’une des fins. Son impératif catégorique suppose que les gens sont des êtres prudents, autonomes et rationnels avec un libre arbitre. En d’autres termes, si ce qui nous rend heureux nuit aux autres (par exemple le vol), ou si nous sommes dans une situation désastreuse (une crise cardiaque), l’impératif ne s’applique pas.

C’est bien sûr une question complexe. En bref, on pourrait dire qu’en dehors de la décence et du respect humains en général, nous pouvons « nous attendre » à ce que notre partenaire réponde à nos besoins si cela le rend heureux. C’est pourquoi je m’efforce toujours de communiquer clairement nos besoins, attentes et valeurs fondamentaux, et je m’empresse de définir ce qui nous rend heureux et satisfait quand nous avons un but commun dans une relation ou même lorsqu’elle se finit. Cela évite de faire de nos partenaires des moyens de nos fins et non les leurs.

Martin se sent coupable plus d’une fois de l’avoir fait et a finit par réaliser que cela n’a aucun sens d’être avec quelqu’un qui deviendrait malheureux en répondant à mes besoins et à mes fins, ou me rendrait malheureux et insatisfait en rencontrant les siennes.

Traduction libre et adaptée de: integralrelationship.com/what-needs-of-a-man-are-ok-healthy-to-expect-a-woman-partner-to-meet/