Archives par mot-clé : co-création

Comment guérir les sept chakras et les relier?

Dans la pleine conscience intégrale, nous n’intégrons pas seulement les réalisations méditatives de l’Orient avec les découvertes psychologiques, neurobiologiques et développementales de l’Occident.

Nous retournons en arrière à l’Est pour appliquer ces idées aux sept chakras. Ils ont tous des « énergies » grossières, subtiles et causales, manifestées dans les quatre dimensions de notre être (le je, nous, lui et eux), et ont des polarités féminines et masculines. Chaque chakra peut être ouvert, fuyant, neutre, fermé, arrêté, donnant ou recevant dans l’une de ces dimensions de manière saine et malsaine.

Pour établir des relations intimes et co-créer avec un partenaire, il est important que nous équilibrions et harmonisions les sept chakras de manière saine. Rejoignez-nous pour une exploration et des pratiques pour apprendre, guérir, grandir et éveiller vos sept chakras pour des relations saines.

Martin Ucik

Comment sortir de notre crise économique et écologique

Les signes de notre crise économique et écologique deviennent chaque jour plus évidents. Cela souligne l’importance et l’urgence pour plus d’hommes et de femmes d’évoluer vers une conscience de « Deuxième Plateau » où notre processus de sélection sexuelle (c’est-à-dire choisir un partenaire – ce que les femmes font traditionnellement) prend des formes plus responsables des deux côtés. Cela permettra la co-création de relations amoureuses saines et durables, qui à leur tour créeront des structures sociales et écologiques durables – des familles fonctionnelles aux communautés prospères, aux sociétés attentionnées et aux nations pacifiques.

Comme l’a dit Jean Houston dans une interview avec le site www.womenontheedgeofevolution.com:
« Il est important que les femmes parviennent à un partenariat complet avec les hommes dans tout les domaines des affaires humaines. Cela se produit, que les hommes le veuillent ou non. Au fur et à mesure que les femmes grandissent, les hommes retrouvent certaines de leurs capacités les plus profondes, au lieu d’être tellement modelés par leurs rôles traditionnels, qui ne fonctionnent plus si bien que l’économie et l’écologie s’effondrent. C’est le moment pour les femmes de se réunir avec les hommes et de leur faire voir ce que les femmes peuvent offrir, comme la sensibilité au processus, les modèles de connexion et, surtout, les merveilleuses stratégies créatives pour les problèmes dans les communautés locales; non pas comme puissance, mais avec amour. Cela nous donne une perspective très grande et différente sur la relation; les hommes et les femmes ont profondément, profondément, profondément besoin l’un de l’autre. »

Barbara Marx Hubbard a répondu à la question sur le rôle des femmes dans l’évolution des hommes:
« Les hommes font ce que les femmes veulent [récompensent]. Les femmes attirent les hommes qui passent du patriarcat à leur propre essence intérieure. Les femmes sont les chefs de file de la libération des hommes. Nous ne rejetons ni ne considérons les hommes comme inférieurs ou oppressifs. Les hommes peuvent être libérés et guidés par les femmes. J’adore les hommes et j’ai toujours été inspiré par les hommes, répondant à beaucoup d’impulsions des hommes en étant une femme en voyant leur génie. J’ai été « inséminée » logiquement par les idées des grands hommes. J’ai toujours été inspirée par les grandes personnalités évolutionnaires. C’étaient tous des hommes! J’ai été attirée par leurs idées et leur graine, et cela a éveillé en moi la co-créatrice féminine. Et puis je suis devenue une guide pour les hommes qui n’étaient pas encore des évolutionnistes mais qui étaient brillants. »

Le processus de couplage et de découplage répétitif que nous voyons si souvent dans les relations modernes et postmodernes du « Premier Plateau », qui est motivé par la satisfaction des besoins dus à une carence et de notre Fantasme Sexuel Primaire (qui est à l’origine des défis mondiaux auxquels nous sommes confrontés) peut nous conduire à une conscience de « Deuxième Plateau ». A ce niveau, les couples développent une vision commune de leur relation qui est plus grande que chaque individu et qui offre le plus grand bien au plus grand nombre de personnes.

Integral Relationships: A Manual for Men, en combinaison avec le livre et travail Calling In « The One » de Katherine Woodward Thomas pour les femmes, fournit une feuille de route pour les relations durables entre les hommes évolutionnaires pleinement informés et la guérison des femmes en évolution dont nous avons désespérément besoin pour l’avenir de toute l’humanité et de notre planète.

Martin Ucik

Habermas et Gandhi pour des relations amoureuses saines

Selon le philosophe social allemand, Jürgen Habermas, toutes les actions humaines, dont Gandhi dit qu’elles deviennent nos habitudes, valeurs et destinées, sont toujours coordonnées en premier lieur par la parole et les mots que nous utilisons. Dès que l’être humain utilise le langage pour coordonner ses relations amoureuses, il entre dans un certain engagement pour justifier ses mots et actions basés sur ses pensées et croyances.

Habermas appelle ces engagements qui justifient nos paroles et nos actions des « revendications de validité ». Il fait valoir que tout acte de discours sincère fait trois allégations de validité différentes:

1. Une revendication de validité à la vérité objective

Ce qui peut être prouvé en dehors des sentiments, pensées, imaginations, idées ou interprétations subjectifs d’un individu.

2. Une revendication de validité à la justesse éthique ou morale

L’éthique fait référence à ce qui est bon ou mauvais pour moi, nous et nous tous, et elle est basée sur des valeurs relatives et conditionnelles. La morale est ce qui est bien ou mal et attentionné ou indifférent, basé sur des normes de ce qui est juste ou injuste, responsable ou irresponsable et absolu ou inconditionnel (voir les étapes du développement moral de Kohlberg qui sont entrelacées ci-dessous.)

3. Une revendication de validité à la véracité subjective

Est-ce que les orateurs veulent vraiment dire ce qu’ils disent ou se mentent-ils à eux-mêmes ou aux autres? Les quatre questions et retournements du « travail » de Byron Katie me viennent à l’esprit.
(1) Est-ce vrai?
(2) Puis-je absolument savoir que c’est vrai?
(3) Comment dois-je réagir, que se passe-t-il, quand je pense cette pensée ou ressens ce sentiment?
(4) Qui serais-je sans la pensée ou le sentiment?
Le développement spirituel par la méditation et le travail de l’ombre est essentiel pour développer des capacités croissantes de vérité.

Nous ne pouvons nous faire comprendre et engager des conversations significatives avec notre partenaire et d’autres personnes (par exemple des ami/e/s ou un thérapeute/coach) que si nous présupposons et croyons que tous les participants sont véridiques et disent ce qui est à la fois juste et vrai.

Comme nous le savons grâce au modèle intégral, les croyances, y compris celles sur les relations amoureuses, qui sous-tendent nos revendications de validité changent à mesure que nous grandissons dans la conscience. Comprendre les revendications de validité à différents niveaux de conscience et la façon dont nous gérons les conflits est donc vital pour co-créer des relations amoureuses saines et durables.

Au niveau magique ou valmème POURPRE, nous croyons aux relations amoureuses telles que nous les connaissons dans les contes de fées et les films de Disney. Le but de l’amour est d’être enchanté et de vivre heureux pour toujours avec « l’Être Unique ».
Il y a peu ou pas de capacité de comprendre ou d’accepter des vérités objectives; la moralité est comprise en termes de punition et d’obéissance, et en évitant de nuire à soi-même et aux autres; la véracité se limite à exprimer des sentiments simples tels que « je suis triste, effrayé, heureux, etc. » La réponse aux questions est souvent « parce que ».
Les conflits sont résolus en s’éloignant ou en cédant.

Au niveau égocentrique ou valmème ROUGE, nous croyons que l’amour (et le sexe) est quelque chose à laquelle nous avons droit et que nous pouvons exiger (voir Les Règles ou Le Jeu dans mon livre). Le but d’une relation amoureuse est de satisfaire tous nos besoins par notre partenaire.
La vérité objective est tout ce que nous croyons être vrai sans témoigner, et ceux qui ne sont pas d’accord ont tort et méritent d’être honteux et punis; la morale est comprise comme un moyen de satisfaire ses propres intérêts et de laisser les autres faire de même; la véracité est basée sur « c’est ma façon de penser et de ressentir et c’est la seule façon de ressentir et de penser à cette situation… point! »
Les conflits sont résolus en se disputant et en se battant, et celui qui abandonne en premier avait tort et perd (gagner le différend, perdre la relation).

Au niveau mythique et conformiste ou valmème BLEU, nous croyons que l’amour est une action et un devoir (voir Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus). Le but des relations amoureuses est de créer des familles et des communautés stables pour élever des enfants.
La vérité objective dérive d’une autorité supérieure (ils le disent) et ne peut être remise en question; la moralité est comprise comme étant bonne en suivant les règles, en répondant aux attentes et en faisant preuve de souci pour les autres; la véracité est associée à être honnête (c’est bien que vous ne mentiez pas) et à dire ce qui est attentionné, honorable, attentionné et bon (aimez votre prochain comme vous-même).
Les conflits sont résolus en se référant et en se soumettant à l’autorité supérieure, par ex. l’homme, le père, commandant, patron, supérieur, loi ou Écriture.

Au niveau rationnel ou valmème ORANGE, nous pensons que les sentiments d’amour sont générés par les hormones par le biais de la chimie sexuelle et intellectuelle (valeurs, intérêts, modes de vie et objectifs partagés) et lorsque nous agissons de manière romantique les uns envers les autres (voir Pourquoi nous aimons ou Tomber amoureux). Le but des relations amoureuses est que les partenaires se soutiennent mutuellement dans la réalisation de leurs rêves les plus élevés pour une santé, une richesse, un succès et un bonheur optimaux grâce à des stratégies éducatives et psychologiques.
La vérité objective est dérivée de preuves scientifiques empiriques acquises par l’observation ou l’expérimentation; la morale signifie remplir ses devoirs, maintenir l’ordre social et le bien-être de la société ou du groupe dont on fait partie; la véracité est basée sur le calcul des risques et des avantages de révéler des pensées et des sentiments en fonction de ses buts et objectifs.
Les conflits sont résolus en séparant les gens du problème, en se concentrant sur les intérêts et non sur les positions, en étant doux avec les gens et dur avec le problème, en inventant des options de gain mutuel ou gagnant-gagnant, en utilisant des critères objectifs et non des sentiments, en se concentrant sur la solution et pas sur le problème, et sur la pensé positive.

Au niveau pluraliste ou valmème VERT, nous croyons que l’amour est inconditionnel et un chemin vers une conscience supérieure et une réalisation spirituelle lorsque nous sommes avec notre âme sœur, célibataire ou avec plusieurs amants, selon l’état dans lequel nous nous trouvons (voir Amour et éveil ou L’avenir de l’Amour). Le but de l’amour est de guérir et de s’éveiller afin de vivre une connexion sexuelle, émotionnelle et spirituelle toujours plus profonde.
La vérité objective n’existe pas, et tout est relatif et construit par la présence, la perspective et l’interprétation de l’observateur; la morale est conçue comme les droits, valeurs et contrats juridiques fondamentaux d’un groupe ou d’une société et fondée sur des lois universelles, même lorsqu’elles sont en conflit avec les règles et lois concrètes d’une autorité supérieure ou d’une opinion majoritaire; la véracité consiste à exprimer authentiquement nos pensées, nos sentiments et nos besoins ainsi que notre perception des autres tant qu’elle est aimante, gentille et nécessaire.
Les conflits sont résolus par une communication non violente et compatissante, dans laquelle les observations, les sentiments, les besoins et les demandes sont exprimés, et l’empathie est montrée en devinant les sentiments, les besoins et les désirs des autres.

Au niveau intégral ou valmème JAUNE, nous croyons que l’amour comprend tous les aspects sains des niveaux précédents et sert un objectif évolutif (voir Relation intégrale, Un manuel pour les hommes – à paraître). Le but des relations amoureuses est de guérir, d’apprendre et de grandir pour servir un objectif évolutif authentique qui est supérieur à l’un et à l’autre et qui offre le plus grand bien au plus grand nombre en équilibrant les polarités féminine et masculine dans les quatre quadrants (« Je », « Nous », « Il/Elle » et « Eux ») au niveau des sept chakras.
La vérité objective dépend des allégations de validité (voir ci-dessus), de différentes méthodes de vérification et de différentes expériences qui sont toutes réellement conciliables, mutuellement enrichissantes et déjà toutes présentes dans un monde suffisamment spacieux pour toutes les héberger; la moralité est fondée sur la validité des principes universels sous-jacents d’égalité, de justice, de soins et de dignité pour tous les êtres humains dont toute personne rationnelle a un aperçu; la véracité est basée sur l’espace intersubjectif avec une conscience de diverses formes de l’inconscient (nous ne pouvons pas savoir ce que nous ne savons pas), y compris l’ombre et la division sujet/objet.
Les conflits sont résolus en comprenant que chacun a raison de son propre point de vue, en tenant compte des lignes de développement dans les quatre quadrants (objectif, subjectif, individuel et collectif) et en se concentrant sur les compétences, la fonctionnalité, la flexibilité, la créativité et le flux.

Martin Ucik

Des hommes plus jeunes pour des femmes plus âgées

Il est évident qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas correctement quand il s’agit de remplir un profil au niveau de l’âge de sa ou son partenaire de vie.

En amitié ou dans les relations de partenariat professionnel, ce n’est pas si important, encore que, si l’on vise une relation durable, et vu que les espérances de vie sont ce qu’elles sont chez les femmes et les hommes, il apparaît clair qu’en tant que femme de 60 ans, il vaut mieux avoir un mari de 55 ans, voire de 52 ans qu’un mari de 65 ou 68 ans.

Les jeunes « se sautent dessus » en suivant les instincts des Fantasmes Primaires de chaque côté, homme ou femme, pour se rendre compte au bout de quelques années que chacun d’eux a évolué différemment, a d’autres besoins, d’autres envies et l’on se sépare. On ne peut pas leur faire de reproche, la société profite de tels comportements.

L’intelligence ou le bon sens de l’âge de raison devrait faire en sorte que l’on réfléchisse sérieusement à ce que l’on vient de vivre pour ne pas le répéter, mais tout le monde n’y arrive pas. Donc le mariage suivant donne bien trop souvent un homme de 45 ans avec une femme de 25 ans. Et là où ça devient carrément ridicule, c’est le mariage entre des hommes de 75 ans avec des jeunes femmes de 25 ans! C’est malheureusement toujours le Fantasme Primaire qui en est responsable. Toutes ces relations bizarroïdes pourraient bien être plus épanouissantes et sortir de ces situations malsaines où l’homme cherche une mère pour prendre soin de lui, ou une femme qui lui sert d’objet sexuel, ou une femme soumise et loyale ou, ce qui est déjà bien mieux, une femme avec laquelle il se bat pour l’indépendance de celle-ci, au lieu de rechercher une femme qui sera sa partenaire égale et opposée et avec laquelle il pourra entrer dans la co-création d’une relation saine.

Remarque:

L’article La matrice de compatibilité vous permettra de voir quel niveau ou valmème harmonise ou fonctionne bien avec quel autre valmème.

Comment entrer en relation dans l’espace « nous » …

… sans perdre la connexion avec moi-même?

En vous concentrant sur ce qui est vivant et co-créé entre vous et votre partenaire dans toutes les dimensions de votre être au niveau de vos sept chakras.

La première étape est que vous et votre partenaire deveniez pleinement conscients de votre environnement, des sensations corporelles, des pensées, des sentiments et des désirs du moment présent. Vous les partagez ensuite tous les deux ouvertement sans jugement. Dans l’étape suivante, vous ressentez intuitivement les résonances partagées dans ces dimensions et vous les exprimez. Cela ouvrira des potentiels pour des urgences co-créatives et nouvelles ou des avancées dans la nouveauté qui révèlent le but commun de votre relation. Même si parfois les gens disent qu’il n’y a pas de « moi » dans le « nous », ce n’est pas vrai. Le plus grand « nous », où la somme de l’ensemble est plus grande que la somme des parties, est co-créé par deux « moi » uniques avec une résonance et une synergie partagées, tout comme deux ou plusieurs atomes créent une molécule, ou deux ou plusieurs lettres créent un mot. Vous pouvez ensuite étendre cette pratique au niveau des sept chakras. Plus il y a de résonance et de co-création partagées entre vous et votre partenaire dans l’espace « nous » à chaque niveau, plus vous ressentirez d’amour authentique et inconditionnel l’un pour l’autre et ce qui est co-créé uniquement entre vous deux. Dans les zones où il n’y a pas de résonance, vous conservez votre autonomie de « moi » au lieu de vous perdre dans la relation. Cela semble très différent d’avoir besoin les uns des autres pour votre bien-être ou de devenir co-dépendant ou perdre dans la relation.

Martin Ucik

Valeur centrale 1

De Martin Ucik

Nous choisissons d’aimer au lieu que ce soit quelque chose qui nous arrive ou que nous attirons.

Quelques semaines après avoir publié mon livre Integral Relationships: A Manual for Men en 2010, j’ai reçu un dépliant avec « 10 valeurs fondamentales pour les femmes en évolution » que vous pouvez trouver sur Internet. Ces 10 valeurs fondamentales m’ont inspiré pour suggérer 12 valeurs pour les évolutionnistes des relations intégrales qui mettraient fin au patriarcat grâce à des relations d’amour co-créées entre des partenaires avec des droits et des responsabilités égaux.

Dans ce bulletin et dans les suivants, je décrirai mon raisonnement derrière chacune des 12 valeurs et je vous inviterai à laisser vos commentaires et discussions (en anglais ou allemand) sur www.facebook.com/integralrelationship.

Dans son livre The Art Of Loving (1956), Erich Fromm écrit: « L’amour est-il un art? Ensuite, cela nécessite des connaissances et des efforts. Ou est-ce que l’amour est une sensation agréable, que vivre est une question de hasard, quelque chose dans laquelle on « tombe » si on a de la chance? Ce petit livre est basé sur la première prémisse, alors que la majorité des gens croient sans doute aujourd’hui dans la seconde… La plupart des gens voient le problème de l’amour avant tout comme celui d’être aimé, plutôt que celui d’aimer, de sa capacité à aimer. [Pour eux] le problème de l’amour est le problème d’un objet, pas le problème d’une faculté. Les gens pensent qu’aimer est simple, mais qu’il est difficile de trouver [ou d’attirer] le bon objet à aimer – ou à être aimé. »

La première question que soulève la valeur n ° 1 est de savoir combien de choix ou de libre arbitre les humains ont en général, et d’aimer en particulier. Cela a fait l’objet de nombreux débats philosophiques et psychologiques.

D’après mon expérience, les gens ne peuvent choisir d’aimer qu’à leur niveau de conscience – à partir de ce qui leur est disponible. Une personne à un niveau de développement égocentrique ne peut pas simplement choisir d’aimer à un niveau conformiste, rationnel, pluraliste ou supérieur. Un autre facteur est notre niveau de santé psychologique et de réalisation spirituelle. Les narcissiques, y compris de nombreux New-Agers qui se concentrent principalement sur leur propre amour, car ils croient que chacun « crée sa propre réalité » et est « entier et complet en soi », ne peuvent pas choisir d’aimer une autre personne. Comme l’a noté Eckhart Tolle: « L’Ego ne peut pas aimer, il veut toujours quelque chose. » De même, les personnes souffrant de troubles de la personnalité ou de blessures psychologiques plus profondes ne peuvent pas non plus choisir d’aimer.

La deuxième question est de savoir ce que nous entendons par amour dans ce contexte. Je suggère: « La capacité ou faculté et la volonté d’aller au-delà de soi-même de manière encourageante, nourrissante et compatissante pour le bien d’autrui et la réalisation de leur plein potentiel à tous deux. »

Dans une relation d’amour intégrale, cette extension de soi est mutuellement équilibrée et harmonisée entre des partenaires opposés et égaux psychologiquement sains (ou guérisseurs) et spirituellement éveillés au niveau des six premiers chakras (en supposant qu’il n’y a pas de dualité au septième chakra.) En d’autres termes, la relation amoureuse est co-créée dans « l’espace nous », le « troisième corps » ou les « quadrants inférieurs » entre deux personnes compatibles qui sont sexuellement, intellectuellement, émotionnellement et spirituellement attirées l’une vers l’autre, et qui (dans des limites raisonnables) donnent et reçoivent également à chaque niveau, et non, ce n’est pas quelque chose qui leur arrive, qui leur tombe dessus ou qu’ils attirent. L’amour émerge dans l’espace où deux sujets et objets entrent en contact co-créatif – de haut en bas et de bas en haut.
Couple intégral aux chakras sous forme de coeurLes relations amoureuses traditionnelles et modernes se réduisent souvent à un échange entre le premier et le deuxième chakra – argent et statut sexuel; les femmes utilisent instinctivement leur pouvoir sexuel et les hommes leur pouvoir physique et/ou financier pour obtenir ce qu’ils et elles veulent.

Comme Fromm l’a observé: « Dans la poursuite de cet objectif [être aimé et digne d’amour], les gens suivent plusieurs voies. L’une, particulièrement utilisée par les hommes, est d’avoir du succès, d’être aussi puissant et riche que la marge sociale de leur position le permet. Une autre, trouvée en particulier du côté des femmes, consiste à se rendre attirante en cultivant son corps et sa toilette etc. » Dans les relations post-modernes, qui ont émergé depuis les écrits de Fromm, la disponibilité émotionnelle (ce qui signifie que les hommes comprennent et réagissent adéquatement aux sentiments des femmes et agissent de manière sensible mais décidée et avec intégrité) s’ajoute au mélange.

Dans une relation évolutive intégrale post-postmoderne, les deux partenaires:

1. Contribuent financièrement à leur mode de vie mutuellement choisi et partagent les tâches ménagères dans la maison – malgré une étude récente selon laquelle « les maris qui partagent les tâches ménagères manquent de sexe » parce que « la division des tâches ménagères ne correspond pas à un « modèle d’échange » où les tâches ménagères sont échangées contre une part des revenus, par exemple, ou contre du sexe. »

2. S’engagent dans une sexualité sacrée réconfortante, curative et agréable.

3. Utilisent les émotions primaires et les luttes de pouvoir pour une guérison, une croissance, une créativité et une synergie continues.

4. Révèlent les sentiments d’une manière auto-validée en les possédant et en restant en présence empathique avec les sentiments de leur partenaire sans jugement.

5. Communiquent leurs expériences, leurs pensées, leurs valeurs et leurs intentions et harmonisent leur actions ultérieures en exprimant ce qui est bon, vrai et beau (en faisant valoir la validité de la justesse, de la vérité et de la véracité).

6. Partagent une vision et un objectif plus élevés pour leur relation qui servent le plus grand bien au plus grand nombre de personnes et à toute la création.

Ce type de relation amoureuse co-créée le long des six chakras entre partenaires égaux et opposés n’implique pas la similitude. Des polarités féminines et masculines saines à chaque niveau sont cultivées et utilisées pour créer de l’attraction et de la synergie (valeur n°6). Et il y a des moments pour donner et recevoir unilatéralement, par ex. pendant les jeux sexuels, la grossesse, l’éducation des enfants, la maladie, la formation continue, les changements de carrière, les menaces extérieures, les difficultés financières ou de santé, les pannes ou d’autres circonstances spéciales. Mais dans l’ensemble, l’accent mis sur la co-création d’une relation amoureuse entre des partenaires ayant des droits et des responsabilités égaux est considéré comme l’avenir des relations amoureuses intégrales saines et durables et donc de l’humanité.

La matrice de compatibilité

Les valeurs profondes des individus se sont installées au fil du temps. Elles jouent un rôle important dans la plupart des conflits. Martin Ucik a donc développé cette matrice pour voir quels sont les valmèmes qui sont compatibles et dans quelles situations.

Un individu en BLEU n’aura que frustration et mécontentement avec une personne en ROUGE. Un homme en ORANGE fera d’une femme en ROUGE son trophée, à l’inverse une femme en ORANGE fera d’un homme en ROUGE son jouet, mais cela ne sera pas facile, car les hommes en ROUGE sont très égocentrés et difficiles à soumettre, sauf dans une passion amoureuse.

Avec ce site, nous aspirons à entrer dans la co-création entre opposés et égaux, ce qui n’est possible qu’entre personnes en JAUNE.

En BEIGE se trouvent les gens dans la rue, la plupart du moins, avec d’autres gens en BEIGE, ils peuvent créer des liens de survie avec d’autres dans leur situation, avec POURPRE, c’est un peu pareil. Par contre, ROUGE n’a que du mépris pour la vulnérabilité de BEIGE et laisserait ces gens mourir sans sourciller. De BLEU à TURQUOISE, la seule relation possible est celle de quelqu’un qui prend soin de quelqu’un qui est dépendant. Malheureusement, extrêmement rares sont les personnes qui prennent soin des personnes dans la rue. C’est honteux pour ceux en BLEU et au-dessus mais la plupart ne veulent pas entendre cela et préfèrent regarder ailleurs.