Habermas et Gandhi pour des relations amoureuses saines

Selon le philosophe social allemand, Jürgen Habermas, toutes les actions humaines, dont Gandhi dit qu’elles deviennent nos habitudes, valeurs et destinées, sont toujours coordonnées en premier lieur par la parole et les mots que nous utilisons. Dès que l’être humain utilise le langage pour coordonner ses relations amoureuses, il entre dans un certain engagement pour justifier ses mots et actions basés sur ses pensées et croyances.

Habermas appelle ces engagements qui justifient nos paroles et nos actions des « revendications de validité ». Il fait valoir que tout acte de discours sincère fait trois allégations de validité différentes:

1. Une revendication de validité à la vérité objective

Ce qui peut être prouvé en dehors des sentiments, pensées, imaginations, idées ou interprétations subjectifs d’un individu.

2. Une revendication de validité à la justesse éthique ou morale

L’éthique fait référence à ce qui est bon ou mauvais pour moi, nous et nous tous, et elle est basée sur des valeurs relatives et conditionnelles. La morale est ce qui est bien ou mal et attentionné ou indifférent, basé sur des normes de ce qui est juste ou injuste, responsable ou irresponsable et absolu ou inconditionnel (voir les étapes du développement moral de Kohlberg qui sont entrelacées ci-dessous.)

3. Une revendication de validité à la véracité subjective

Est-ce que les orateurs veulent vraiment dire ce qu’ils disent ou se mentent-ils à eux-mêmes ou aux autres? Les quatre questions et retournements du « travail » de Byron Katie me viennent à l’esprit.
(1) Est-ce vrai?
(2) Puis-je absolument savoir que c’est vrai?
(3) Comment dois-je réagir, que se passe-t-il, quand je pense cette pensée ou ressens ce sentiment?
(4) Qui serais-je sans la pensée ou le sentiment?
Le développement spirituel par la méditation et le travail de l’ombre est essentiel pour développer des capacités croissantes de vérité.

Nous ne pouvons nous faire comprendre et engager des conversations significatives avec notre partenaire et d’autres personnes (par exemple des ami/e/s ou un thérapeute/coach) que si nous présupposons et croyons que tous les participants sont véridiques et disent ce qui est à la fois juste et vrai.

Comme nous le savons grâce au modèle intégral, les croyances, y compris celles sur les relations amoureuses, qui sous-tendent nos revendications de validité changent à mesure que nous grandissons dans la conscience. Comprendre les revendications de validité à différents niveaux de conscience et la façon dont nous gérons les conflits est donc vital pour co-créer des relations amoureuses saines et durables.

Au niveau magique ou valmème POURPRE, nous croyons aux relations amoureuses telles que nous les connaissons dans les contes de fées et les films de Disney. Le but de l’amour est d’être enchanté et de vivre heureux pour toujours avec « l’Être Unique ».
Il y a peu ou pas de capacité de comprendre ou d’accepter des vérités objectives; la moralité est comprise en termes de punition et d’obéissance, et en évitant de nuire à soi-même et aux autres; la véracité se limite à exprimer des sentiments simples tels que « je suis triste, effrayé, heureux, etc. » La réponse aux questions est souvent « parce que ».
Les conflits sont résolus en s’éloignant ou en cédant.

Au niveau égocentrique ou valmème ROUGE, nous croyons que l’amour (et le sexe) est quelque chose à laquelle nous avons droit et que nous pouvons exiger (voir Les Règles ou Le Jeu dans mon livre). Le but d’une relation amoureuse est de satisfaire tous nos besoins par notre partenaire.
La vérité objective est tout ce que nous croyons être vrai sans témoigner, et ceux qui ne sont pas d’accord ont tort et méritent d’être honteux et punis; la morale est comprise comme un moyen de satisfaire ses propres intérêts et de laisser les autres faire de même; la véracité est basée sur « c’est ma façon de penser et de ressentir et c’est la seule façon de ressentir et de penser à cette situation… point! »
Les conflits sont résolus en se disputant et en se battant, et celui qui abandonne en premier avait tort et perd (gagner le différend, perdre la relation).

Au niveau mythique et conformiste ou valmème BLEU, nous croyons que l’amour est une action et un devoir (voir Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Vénus). Le but des relations amoureuses est de créer des familles et des communautés stables pour élever des enfants.
La vérité objective dérive d’une autorité supérieure (ils le disent) et ne peut être remise en question; la moralité est comprise comme étant bonne en suivant les règles, en répondant aux attentes et en faisant preuve de souci pour les autres; la véracité est associée à être honnête (c’est bien que vous ne mentiez pas) et à dire ce qui est attentionné, honorable, attentionné et bon (aimez votre prochain comme vous-même).
Les conflits sont résolus en se référant et en se soumettant à l’autorité supérieure, par ex. l’homme, le père, commandant, patron, supérieur, loi ou Écriture.

Au niveau rationnel ou valmème ORANGE, nous pensons que les sentiments d’amour sont générés par les hormones par le biais de la chimie sexuelle et intellectuelle (valeurs, intérêts, modes de vie et objectifs partagés) et lorsque nous agissons de manière romantique les uns envers les autres (voir Pourquoi nous aimons ou Tomber amoureux). Le but des relations amoureuses est que les partenaires se soutiennent mutuellement dans la réalisation de leurs rêves les plus élevés pour une santé, une richesse, un succès et un bonheur optimaux grâce à des stratégies éducatives et psychologiques.
La vérité objective est dérivée de preuves scientifiques empiriques acquises par l’observation ou l’expérimentation; la morale signifie remplir ses devoirs, maintenir l’ordre social et le bien-être de la société ou du groupe dont on fait partie; la véracité est basée sur le calcul des risques et des avantages de révéler des pensées et des sentiments en fonction de ses buts et objectifs.
Les conflits sont résolus en séparant les gens du problème, en se concentrant sur les intérêts et non sur les positions, en étant doux avec les gens et dur avec le problème, en inventant des options de gain mutuel ou gagnant-gagnant, en utilisant des critères objectifs et non des sentiments, en se concentrant sur la solution et pas sur le problème, et sur la pensé positive.

Au niveau pluraliste ou valmème VERT, nous croyons que l’amour est inconditionnel et un chemin vers une conscience supérieure et une réalisation spirituelle lorsque nous sommes avec notre âme sœur, célibataire ou avec plusieurs amants, selon l’état dans lequel nous nous trouvons (voir Amour et éveil ou L’avenir de l’Amour). Le but de l’amour est de guérir et de s’éveiller afin de vivre une connexion sexuelle, émotionnelle et spirituelle toujours plus profonde.
La vérité objective n’existe pas, et tout est relatif et construit par la présence, la perspective et l’interprétation de l’observateur; la morale est conçue comme les droits, valeurs et contrats juridiques fondamentaux d’un groupe ou d’une société et fondée sur des lois universelles, même lorsqu’elles sont en conflit avec les règles et lois concrètes d’une autorité supérieure ou d’une opinion majoritaire; la véracité consiste à exprimer authentiquement nos pensées, nos sentiments et nos besoins ainsi que notre perception des autres tant qu’elle est aimante, gentille et nécessaire.
Les conflits sont résolus par une communication non violente et compatissante, dans laquelle les observations, les sentiments, les besoins et les demandes sont exprimés, et l’empathie est montrée en devinant les sentiments, les besoins et les désirs des autres.

Au niveau intégral ou valmème JAUNE, nous croyons que l’amour comprend tous les aspects sains des niveaux précédents et sert un objectif évolutif (voir Relation intégrale, Un manuel pour les hommes – à paraître). Le but des relations amoureuses est de guérir, d’apprendre et de grandir pour servir un objectif évolutif authentique qui est supérieur à l’un et à l’autre et qui offre le plus grand bien au plus grand nombre en équilibrant les polarités féminine et masculine dans les quatre quadrants (« Je », « Nous », « Il/Elle » et « Eux ») au niveau des sept chakras.
La vérité objective dépend des allégations de validité (voir ci-dessus), de différentes méthodes de vérification et de différentes expériences qui sont toutes réellement conciliables, mutuellement enrichissantes et déjà toutes présentes dans un monde suffisamment spacieux pour toutes les héberger; la moralité est fondée sur la validité des principes universels sous-jacents d’égalité, de justice, de soins et de dignité pour tous les êtres humains dont toute personne rationnelle a un aperçu; la véracité est basée sur l’espace intersubjectif avec une conscience de diverses formes de l’inconscient (nous ne pouvons pas savoir ce que nous ne savons pas), y compris l’ombre et la division sujet/objet.
Les conflits sont résolus en comprenant que chacun a raison de son propre point de vue, en tenant compte des lignes de développement dans les quatre quadrants (objectif, subjectif, individuel et collectif) et en se concentrant sur les compétences, la fonctionnalité, la flexibilité, la créativité et le flux.

Martin Ucik