Valeur centrale 3

De Martin Ucik

Nous transcendons notre Fantasme Primaire et basons notre relation sur les valeurs de l’Être.

Avec transcender, je veux dire aller au-delà, tout en incluant raisonnablement.

Avec Fantasme Primaire, un terme que j’ai lu pour la première fois dans le livre de Warren Farrell « Why Men Are the Way They Are » (Pourquoi les hommes sont comme ils sont), je veux dire le câblage biologique des hommes hétérosexuels pour désirer les jeunes femmes sexy avec une peau lisse, de longs cheveux brillants, des traits de corps symétriques, des yeux de grande taille, des dents blanches et bien alignées, de gros seins droits, une bonne proportionnalité taille/poids et rapport taille/hanche de 0,7, qui indiquent tous de bonnes capacités de reproduction (voir Survival of the Prettiest: The Science of Beauty de Nancy Etcoff), et des femmes à désirer des hommes grands prospères, avec un bon statut social et de la richesse qui sont bienveillants envers elles et agressifs envers les autres hommes, ce qui indique de bonnes capacités de protecteur et de fournisseur (voir The Social Psychology of Gender: How Power and Intimacy Shape Gender Relations de Laurie A. Rudman et Peter Glick.)

Le Fantasme Primaire est un phénomène universel de notre impératif biologique évolutif (que nous partageons avec tous les organismes vivants) pour perpétuer notre existence par la survie, le territorialisme, la compétition, la reproduction, la qualité de la recherche de la vie et la formation de groupes. Il est profondément enraciné dans notre tronc cérébral reptilien, ne varie que dans son expression mais pas en nature à travers l’histoire, les cultures et le développement de la conscience (voir Integral Relationships: a Manual for Men, pages 83-86 (version française à paraître), et The Mating Mind: How Sexual Choice Shaped the Evolution) de la nature humaine par Geoffrey Miller), et est difficile à transcender… vous êtes votre propre juge. ((Personnellement, je pense que c’est plus facile à transcender pour les femmes que pour les hommes!))

Helen Fisher écrit dans Why We Love: The Nature and Chemistry of Romantic Love que les hormones qui sont libérées lorsque nos principaux facteurs fantasmatiques et psychologiques sont rencontrés, et que nous faisons l’expérience de « tomber amoureux », ces hormones sont si fortes et addictives que nous devenons « temporairement fous ». Avec le bombardement constant de l’industrie des médias (voir Warrior Lovers: Erotic Fiction, Evolution and Female Sexuality par Catherine Salmon et Prof. Donald Symons), les rencontres sur Internet et les fantasmes New-Age de la « loi de l’attraction », suggèrent tous que nous pouvons et avons en fait le droit de voir notre Fantasme Primaire se réaliser. Et puis certains, peu importe à quel point les chances leurs sont statistiquement opposées, de nombreux célibataires et couples dans les sociétés modernes et post-modermes développent des attentes qui ont atteint des sommets irréalistes et contribuent à la distribution ascendante continue et insoutenable des richesses, à la destruction de l’environnement et à d’autres problèmes socio-économiques auxquels l’humanité est confrontée.

Le graphique ci-dessous, attribué au professeur Donald Symons (The Evolution of Human Sexuality), montre la dynamique que le Fantasme Primaire a créé dans les sociétés modernes et post-modernes:

Image Fantasme Primaire à venir

L’axe horizontal X indique l’attrait croissant des hommes en fonction de leurs revenus, de leur patrimoine, de leur statut et celui des femmes en fonction de leur attrait physique.
L’axe Y vertical indique le nombre de mâles (ligne bleue) et de femelles (ligne verte) à chaque niveau horizontal.

Alors que le revenu annuel médian des hommes de 25 ans et plus aux États-Unis est d’environ 35’000 $ (et ce depuis plus d’une décennie), avec seulement 6,1% des hommes célibataires et mariés gagnant plus de 100’000 $, et la taille moyenne des hommes blancs américains mesurant 1,75 m, les femmes les plus attirantes (dont il y en a beaucoup, car la beauté et le sex-appeal sont dans l’œil du spectateur et moins un nombre objectif) désirent des hommes qui gagnent 100’000 $ ou plus par an et soient au-dessus de la moyenne en taille  (idéalement 1,82 – 1,90 m, environ 14,5% de la population masculine américaine).  »Je laisse les données américaines, car pour l’instant je n’ai pas d’informations françaises sur ces sujets.)) Cela conduit à la dynamique que de nombreux hommes (voir la bosse au centre du graphique) regardent des femmes sexuellement attirantes (voir la bosse à droite du graphique) qu’ils ne peuvent pas se permettre ou attirer, tandis que ces femmes recherchent les hommes de grande taille avec des revenus élevés et un statut social dont il y en a très peu (où sont tous les bons hommes se plaignent-elles régulièrement???)

Une étude récente de Duke University sur 22’000 profils en ligne a montré qu’un homme de 1,75 m devrait gagner 30’000 $ de plus qu’un homme de 1,80 m pour réussir dans le pool de rencontres. Les statistiques d’OK-Cubit différencient encore davantage cette observation selon l’âge. Une autre étude a montré que les hommes épouseraient des femmes qui ont 80% de ce qu’ils désirent chez une femme, tandis que la plupart des femmes disent qu’elles méritent 100% de ce qu’elles veulent chez un mari et préfèrent continuer à chercher plutôt qu’à s’installer. Lori Gottlieb essaie de se convaincre, elle-même et d’autres femmes, de ne pas commettre cette erreur dans son livre Marry Him: The Case for Settlement for Mr. Good Enough.

Dans mon ombre culturelle ci-dessous, j’explique davantage ma confusion et ma frustration initiales autour du Fantasme Primaire exagéré de nombreuses femmes américaines et des différences avec les femmes d’autres pays.

Même si j’ai naturellement la perspective et l’expérience d’un homme moyen sur cette question (je fais 1,75 m, je suis chauve et pas riche), je suis bien conscient que de nombreuses femmes attirantes se sentent (et sont) objectivées, poursuivies et parfois harcelées par des hommes qui ne les intéressent pas ou qui ne les attirent pas, et que les femmes moins attirantes sont souvent rejetées ou ignorées parce que leur âge, leur apparence et leur sex-appeal ne répondent pas au Fantasme Primaire des hommes qu’ils désirent (voir Ted Talk sur l’objectivation des femmes et articles de Vanessa Fisher sur la beauté à https://integrallife.com/tags/beauty).
Beaucoup de femmes sont frustrées par la véritable pénurie d’hommes « évolués » beaux, grands, financièrement prospères, spirituels et psychologiquement sains, qui se sentent attirés par elles et qui veulent un engagement de leur part. Ce matin même, j’ai reçu un article de blog rageur d’une femme frustrée intitulé « Ce dont les femmes sexy, consciemment éveillées ont besoin et ne veulent pas des hommes ».  Voir ma réponse dans « Les femmes sont-elles plus évoluées que les hommes?« .

Avec les valeurs d’Être, je veux dire la totalité, la perfection, l’achèvement, la justice, la vivacité, la richesse ((intellectuelle et spirituelle?)), la simplicité, la beauté, la bonté, l’unicité, l’effort, le jeu, la vérité et l’autosuffisance tels que définis par Abraham Maslow et on peut ajouter l’amour, la compassion, les soins, la gentillesse, l’intégrité et la responsabilité. Voir une liste plus complète des passions, des intérêts, des capacités, des valeurs et des idéaux dans les relations intégrales dans Integral Relationships: A Manual for Men, pages 31-33 (Traduction française à venir).

Ce que je suggère (et demande) ici, c’est que nous nous concentrions sur les valeurs d’Être au lieu du besoin matériel, sexuel ou émotionnel (c’est-à-dire la projection de nos besoins et de nos fantasmes sur nos partenaires par peur et honte, au lieu de les punir ou les rejeter s’ils ou elles le font ou ne les rencontrent pas), et incarnons les autres valeurs pour les évolutionnistes des relations intégrales en tant qu’attracteurs pour transcender notre Fantasme Primaire tout en incluant des attentes raisonnables que nos partenaires prennent soin de leur corps physique par une alimentation saine, l’exercice, l’hygiène, le repos, etc. et génèrent suffisamment de revenus pour partager un mode de vie socialement et écologiquement responsable et durable grâce à un travail significatif et éthique.
Aux femmes célibataires qui souhaitent choisir un partenaire évolutif intégral, je suggère le livre Seduction Redefined et de publier leur profil sur https://solo-duo-integral.com à venir.