A la recherche de son âme soeur

Bienvenue dans son salon…

Galatée est une femme intègre et douce, une libre-penseuse qui a réalisé son esprit épicurien pendant ses années de jeunesse. Arrivée dans ses années de maturité et de sagesse, elle accepte sa responsabilité face à autrui et face à la planète ainsi que certaines contraintes inhérentes à toute relation sérieuse et durable qui laisse grandir et s’épanouir les deux partenaires à égalité.

Son premier trait de “caractère” ou exigence est qu’il lui plaise physiquement. A quoi bon trouver quelqu’un qui a “tous” les atouts, mais que vous ne pouvez pas le voir à vos côtés chaque jour du restant de votre vie ou presque?

Ensuite, il est bon d’avoir une liste de priorités, sur lesquelles on ne peut transiger.

-Je ne peux me déplacer pour aller vivre ailleurs actuellement, donc il faut que tu puisses venir vivre à mes côtés (région de Strasbourg).
-Je ne suis pas ta propriété, donc tu ne peux être la mienne.
-Je suis une intellectuelle manuelle, mais j’ai besoin d’avoir un équilibre, donc je dois augmenter mon côté intellectuel avec la partie que tu apporteras sans négliger le manuel.
-Je ne supporte pas la jalousie qui pour moi est le signe d’une personnalité non mature, qui n’a pas confiance en elle.

-Nous construisons ensemble une entreprise, une affaire qui nous permette de nous réaliser, d’en vivre, qui en fait vivre d’autres et qui est bonne pour la planète, une solution win-win-win.
-Tu acceptes de te marier. Je ne l’ai jamais été et j’aimerais goûter à cette nouvelle expérience. Pour moi, la vie est aussi une série d’expériences à faire.
-Tu aimes communiquer
et tu sais écrire un bon français, ce qui exige sans doute un niveau d’études similaire au mien (Bac+5).
-Tu as autant une sainte horreur du mensonge que moi.

Galatée aspire à découvrir son alter-ego, son passé, son enfance, ses jeunes années, sa maturation, son présent, son riche monde de l’esprit.

Galatée travaille maintenant à préparer son document sur les 4 dimensions de l’être. Car lorsque nous tombons amoureux ou que nous tissons des liens et formons une relation d’amour, d’amitié ou professionnelle, quatre dimensions essentielles de notre existence humaine entrent en contact intime.

Un monde meilleur – 4/4

Cette dernière composante du modèle RAI est la plus importante et montre pourquoi la co-création et la procréation pour les plus jeunes dans des relations amoureuses intégrales compte énormément pour faire de cette planète un monde meilleur et un futur soutenable pour l’humanité.

Un certain nombre de personnes voient la société comme la somme des individus qui pensent et agissent indépendamment les uns des autres.  A l’opposé, d’autres nous voient comme un macro-organisme holistique (nous sommes tous un) ou un système social qui contrôle et gouverne les êtres humains individuels. Que ce soit dans un cas tout comme dans l’autre, les individus des sociétés modernes et post-modernes donnent généralement la plus haute valeur ou priorité à l’individu.

Le modèle RAI s’attache à démontrer que nous sommes des “êtres relationnels” et que se retrouver dans une relation amoureuse ou saine est essentiel pour devenir un être humain complet (au niveau des sept chakras dans les quatre quadrants en équilibrant et harmonisant les polarités masculines et féminines). C’est également fondamental pour créer des familles fonctionnelles comme parties de communautés qui se développent dans un monde dans lequel chacun peut s’épanouir. En voici les cinq points.

1. Les défis globaux et leur création au travers de la sélection sexuelle. (Ce premier point nous montre que pour rendre le monde meilleur, nous devons prendre conscience des défis globaux les plus importants auxquels l’humanité fait face et comment ces problèmes ont été créés au travers de notre choix du/de la partenaire sexuel/le.)

2. La primauté est donnée aux couples intégraux. (La deuxième ligne montre que les relations d’amour intégrales sont essentielles ou primordiales pour être un humain complet et pour répondre aux défis globaux que le monde affronte.)

3. Compréhension et accord (consensus) mutuels quant à ce qui est: moralement ou éthiquement juste, réel ou vrai du point de vue critique, esthétiquement beau et fonctionnellement pratique. (Le troisième élément indique que trouver une compréhension mutuelle et un accord avec sa/son partenaire à propos de ce qui est juste, vrai, beau et fonctionnel dans une situation donnée est crucial pour une relation amoureuse vivifiante et pour faire une différence positive dans le monde.

4. Les recherches de validité féminine/masculine dans la sphère privée et publique: soutien, compassion, sentiments, relations (plutôt féminin), droits, justice, rationalité, autonomie (plutôt masculin). (Ce quatrième point montre que ce consensus doit être atteint au travers d’un discours éthique qui donne de bonnes raisons féminines et masculines (appelées demandes de validité) pour les domaines féminins et masculins indiqués sous l’élément 3 vu qu’ils font partie du domaine public et privé.)

5. Action communicative (dites ce que vous faites et faites ce que vous dites). (Ce cinquième élément montre l’importance d’agir de manière appropriée une fois le consensus atteint au sein du couple au travers d’une communication qui applique une éthique dans le discours. De ce fait, ce processus est appelé l’action communicative, car la parole est facile, mais l’action, entreprise avant de penser et de ressentir les choses au niveau du couple et de parvenir à une compréhension et un accord mutuels, conduit souvent à davantage de malentendus, de conflits, de chaos et de problèmes.

L’Amour, ah l’Amour… 3/4

C’est le troisième volet du modèle RAI, et celui qui intéresse particulièrement les femmes j’ai l’impression, surtout celles qui lisent les romans à l’eau de rose. Je ne dis pas cela pour me montrer méchante, mais parce que c’est une réalité que certaines de mes consoeurs et certains de mes confrères ont dépassé, transcendé depuis belle lurette.

Mais voyons donc à présent ce que nous réserve la troisième composante du fameux modèle RAI. Cette fois-ci, les niveaux sont au nombre de 5.

1. L’amour en tant que satisfaction des différents besoins et désirs des mâles et femelles (c’est la version traditionnelle de l’amour que l’on retrouve beaucoup au niveau du valmème BLEU, les couples fonctionnent bien lorsque les besoins sont satisfaits, du moins au départ et c’est l’impression qu’ils donnent en général).

2. L’amour asymétrique et transactionnel sous condition (Ce deuxième point montre qu’en satisfaisant à ces désirs sans réflexion, on aboutit à des relations d’amour asymétriques transactionnelles et soumises à des conditions).

3. Il y a un potentiel de relation amoureuse maître-esclave au niveau du troisième point (Dans les relations modernes et post-modernes, ceci conduit souvent à des ruptures et des divorces, et ces séparations sont habituellement suivies par de longues périodes de célibat ou des rencontres en série ou par une suite de mariages et de relations consécutives. Certains experts appellent à revenir à une nouvelle normalité. Mais cela semblerait tout aussi destructeur).

4. L’amour pour ce qui est co-créé de manière unique au niveau des sept chakras: racine, sacrum, plexus solaire, cœur, gorge, troisième œil, couronne. (Avec le point 4, nous arrivons à une alternative, celle de ne pas seulement aimer sa/son partenaire, mais même plus ce qui est co-créé volontairement et de manière unique entre des partenaires avec des droits et des responsabilités égaux au niveau des sept chakras).

5. L’amour transcendantal (C’est ainsi que l’on arrive au point 5 qui conduit à un amour transcendantal durable de l’ego au travers d’un Objectif Transcendantal partagé au sein d’une relation amoureuse intégrale saine qui dure toute une vie).

L’objectif de notre vie … 2/4

Ceci dans le cadre du modèle RAI que nous venons de voir dans l’article précédent.

Demandez à quelqu’un dans la rue ou de votre entourage: “Par quoi tu te sens le plus concerné, qu’est-ce qui te passionne vraiment, en d’autres termes, quel est le sens de la vie et ton propre objectif final?”. Vous allez, à coup sûr, être face à un bégaiement, des euh, euh, euh ou encore des réponses générales du genre “pour mes enfants”, “pour profiter de la vie”, etc. Peu de gens savent qu’un objectif avec un sens plus profond qui dessert les besoins des autres, notamment plus faibles et vulnérables, conduit à un plus grand bonheur, des vies plus saines et plus longues et que partager un objectif plus grand avec un ou une partenaire est la clé du succès des relations amoureuses durables.

Cette deuxième composante du modèle RAI, l’Objectif, est subdivisée en 5 points.

1. Faire la différence entre Objectif Biologique et Objectif Transcendantal. (Ici, nous avons découvert que l’Objectif Biologique est de survivre, former des groupes et rechercher la meilleure qualité de vie possible, ce qui se déroule normalement au cours de notre vie. Mais nous avons également un Objectif Transcendantal qui consiste à créer plus de bonté, de vérité, de beauté et de fonctionnalité qui rendent le monde meilleur).

2. S’éveiller à notre Objectif Transcendantal. (Bien que nous ayons tous un Objectif Transcendantal, la plupart des gens doivent d’abord s’éveiller à lui afin d’être en mesure de le vivre consciemment).

3. Identifier nos talents naturels dans le domaine de l’empathie, de l’intelligence, de la créativité et de la kinesthésie. (Notre Objectif Transcendantal est fondé dans la génétique de nos talents naturels pour l’empathie, l’intelligence, la créativité et la kinesthésie qui varient en degré et en genre selon les personnes).

4. Développer ses aptitudes pour créer plus de bonté, de vérité, de beauté et de fonctionnalité. (Ici, nous découvrons que nos talents naturels sont la base pour développer des aptitudes et compétences pour créer plus de bonté, de vérité, de beauté et de fonctionnalité.)

5. Partager son Objectif avec son partenaire pour créer plus de synergie et d’amour durable. (Ce cinquième point montre que partager son Objectif Transcendantal avec un ou une partenaire est essentiel pour l’expression saine de celui-ci et pour avoir le plus grand impact en créant une synergie où le tout devient plus grand que la somme de ses parties et finalement on s’amuse beaucoup plus!).

Le second livre de Martin-1/4

Je l’ai eu en cadeau pour Noël et il s’appelle “Sex, Purpose, Love” et cette fois-ci, il est destiné aux couples. Mais depuis que je me suis fait confirmer que les hommes n’ont qu’une chose en tête en relation à une femme, du moins avant d’atteindre le valmème JAUNE de la Spirale Dynamique, je ne suis pas étonnée du choix du titre pour appâter le chaland, vu que c’est un homme qui l’a écrit. D’ailleurs avec 776 pages, c’est un vrai pavé, à mon avis, il faut donc être rentière ou retraitée pour le lire. Enfin, c’est plutôt un manuel de travail avec des images et des graphiques.

Martin développe le modèle RAI (Relation Amoureuse Intégrale) dans ce livre. L’original américain s’appelle IRL pour Integral Love Relationship. Il a 4 composantes et la première est, je vous le donne en mille: le sexe.

En 7 points, il développe cette composante sexuelle comme suit:

1. Comprendre le Fantasme Sexuel Primaire (les femelles désirent des objets exhalant le succès financier, et les mâles désirent des objets sexuels plus jeunes) et la Dynamique de Peur-Honte (les femelles ont peur de ne pas être soutenues, d’être abandonnées et  choisissent des mâles qui les alimentent et les protègent, et les mâles ont honte de ne pas être à la hauteur et recherchent des femelles plus jeunes qui les apprécient et leur témoignent de la reconnaissance sous forme de sexe et d’amour). Une fois qu’on a compris cela, on doit se dire qu’il y a urgence à évoluer du côté des hommes ou à faire évoluer nos prochains, car du côté femmes, j’ai plutôt l’impression que leur attitude change plus elles évoluent en conscience.

2. Développer un processus de sélection sexuelle réaliste quant à nos Fantasmes Primaires. (Il vaut mieux ne pas sortir avec des personnes hors de notre ligue et nous concentrer plutôt sur un objectif partagé dont nous ferons connaissance dans la deuxième composante). Cela me semble un conseil avisé d’autant plus que les hommes trouvent 70% des femmes attirantes, au pôle opposé féminin, le pourcentage baisse à 5%. Martin travaille à faire augmenter ce pourcentage en montrant aux hommes ce qu’ils peuvent faire pour que les choses changent.

3. Équilibrer et harmoniser les polarités féminines et masculines. (Ici, il faut prendre conscience de l’importance à comprendre les différences entre des polarités masculines et féminines saines et malsaines et comment les équilibrer afin de créer, comme pour les deux pôles opposés de deux aimants, l’attirance et la synergie dans une relation d’amour).

4. Se rencontrer entre égaux au même niveau de développement de la conscience, sexuel, spirituel et du Complexe d’Anima-Animus. (C’est moins connu, mais tout aussi important, et les niveaux de développement de la conscience se réfèrent à la Spirale Dynamique de Clare Graves).

5. Apprendre, guérir, croître et s’éveiller ensemble (Ce point met l’accent sur la nécessité d’un apprentissage, d’une guérison des ombres, d’une croissance et d’un éveil continus avec notre partenaire afin de maintenir notre relation d’amour saine et vivifiante).

6. Connaître les types de personnalité et les problèmes psychiques. (Afin de trouver les complémentarités, il est utile de connaître les différents types de personnalité, mais également les problèmes psychiques tels des formes d’attachement malsaines qui peuvent saboter toute relation).

7. Travailler pour former une relation sexuelle amoureuse saine.

 

Les films intéressants de Martin

Si vous parlez et comprenez très bien l’anglais et plus spécifiquement l’anglais américain, et si vous n’êtes pas trop dérangés par quelques problèmes techniques de temps à autre, vous pourrez regardez ces films en version originale.

Je les cite dans l’espoir d’en trouver en langue française qui pourraient leur correspondre ou être intéressants pour les lecteurs de ce site si particulier.

The Tree of Life

C’est l’un de ces films lents et parfois déroutants que je n’ai pas pu sortir de ma tête après l’avoir vu pour la première fois, et je l’ai regardé plusieurs fois depuis.

Après réflexion, j’ai décidé de l’offrir pour une soirée cinéma, car il s’adapte à nos Anima-Animus et autres modules.
The Tree of Life est un film dramatique expérimental américain de 2011 écrit et réalisé par Terrence Malick et mettant en vedette Brad Pitt, Sean Penn et Jessica Chastain. Le film raconte les origines et le sens de la vie à travers les souvenirs d’enfance d’un homme d’âge moyen de sa famille vivant dans les années 1950 au Texas, entrecoupés d’images des origines de l’univers connu et des débuts de la vie sur Terre. Le fils aîné (Jack/Sean Penn) est témoin de la perte de l’innocence et se débat avec les enseignements contradictoires de ses parents.

Mes plus grandes retombées du film sont la façon dont nos expériences d’enfance, en particulier dans nos relations avec notre famille proche, forment ce que nous sommes en tant qu’adultes et les questions existentielles que cela soulève.

Il montre également des conflits entre le stade conformiste BLEU et rationnel ORANGE, et un «mariage patriarcal».

Description d’un autre site: Jack grandit entre un père autoritaire et une mère aimante, qui lui donne foi en la vie. La naissance de ses deux frères l’oblige bientôt à partager cet amour inconditionnel, alors qu’il affronte l’individualisme forcené d’un père obsédé par la réussite de ses enfants. Jusqu’au jour où un tragique événement vient troubler cet équilibre précaire…

L’amour en fait (2003)

Amusons-nous avec ce classique en identifiant les langages d’amour et en devinant les types d’ennéagramme (je sais que nous ne sommes normalement pas censés le faire dans la vraie vie), alors que nous suivons la vie de huit couples très différents face à leur vie amoureuse dans divers contes vaguement liés, tous se déroulant pendant un mois effréné avant Noël dans le Londres moderne, en Angleterre.

Mon point de vue sur Love Actually a changé (ou mûri) au fil des ans. Ne vous méprenez pas, c’est toujours un film amusant, divertissant et parfois touchant.

Mais cela montre aussi douloureusement l’idée peu profonde et erronée que tout ce qu’il faut pour entrer dans une relation heureuse est de rassembler le courage de dire “je t’aime”. Semblable à “Il n’est juste pas ça en toi” et à d’autres films similaires, les protagonistes n’ont visiblement rien en commun comme des valeurs, des intérêts ou des passions, à part avoir un béguin (hormonal) l’un sur l’autre et être à un stade de développement rationnel. D’autres choses que je remarque de manière plus critique maintenant sont l’objectivation des femmes, les références sexistes au poids des gens, les suggestions et les tentatives de réprimer les sentiments, et l’étrange «relation» entre Peter et la nouvelle épouse de son meilleur ami. Le film est aussi subtilement anti-américain.
Donc, comme toujours, nous allons regarder et disséquer le film sous plusieurs angles. J’attends avec impatience vos commentaires pendant le film et notre discussion après.

Good Will Hunting

Dans Good Will Hunting, nous voyons que la connaissance sans expérience est aveugle, et comment les problèmes d’ombre et d’attachement non résolus limitent notre capacité d’empathie, d’intimité et de vivre notre but transcendantal.

Dans le film, le jeune génie immature (Matt Damon) vit dans un petit monde où il peut apparemment résoudre n’importe quel problème avec son esprit, mais il n’a aucune expérience de la vie réelle en dehors de sa bulle et se débat avec ses démons inconscients.
Après avoir de nouveau eu des démêlés avec la justice, il est affecté à un thérapeute (Robin Williams) pour gérer ses problèmes de colère et de dissociation émotionnelle. Après être tombé amoureux de son «âme sœur», il est en outre mis au défi de surmonter ses problèmes d’attachement anxieux-évitant. Alors que Williams travaille avec le jeune homme, il est également transformé.

Eternal Sunshine of the Spotless Mind

Notre film de cette semaine porte sur le module 20 «Nos états en tombant amoureux» avec une personne qui a un «trouble de la personnalité» (module 21) et les étapes de déclin de telles relations.
Nous voyons Joel Barish (Jim Carrey) introverti et anxieux tomber amoureux de l’esprit libre Clementine Kruczynski (Kate Winslet).
Bien qu’elle n’ait jamais reçu de diagnostic de santé mentale dans le film, Clem est une bonne représentation d’une personne atteinte d’un trouble de la personnalité limite. Au fur et à mesure que le film avance, nous voyons que certains des comportements «libres d’esprit» qu’elle présente sont révélateurs de problèmes plus profonds.

Le conflit central dans le film découle de l’existence d’une procédure qui peut effacer les souvenirs – une procédure que Clémentine et Joël subissent pour s’oublier.

As Good as It Gets (Aussi bon qu’il soit)

Dans le cadre de nos modules actuels sur les «Troubles de la personnalité» et l’«Amour» dans la formation n° 1 et «Communication» dans la formation n° 2, rejoignez-nous pour regarder le classique oscarisé «rire aux éclats» «As Good As It Gets» avec Helen Hunt (Carol) et Jack Nicholson (Melvin).
Voyez comment le fait de créer des liens avec le chien de son voisin et de tomber amoureux de Carol transforme le créateur de mots obsessionnels-compulsifs, égocentriques, cyniques et manipulateurs de Melvin pour devenir plus compatissant, baisser la garde et confesser à Carol «vous me donnez envie d’être un homme meilleur». En retour, nous voyons comment elle a du mal à établir des limites plus saines et à communiquer ses besoins.
Discutons des états (de la luxure/du désir à l’engagement), des formes (intimité, passion, dépendance) et de la capacité d’aimer qu’ils vivent, et si nous pensons que leur romance a le potentiel d’une relation amoureuse saine.

Groundhog Day

Dans ce film transformationnel, nous voyons Phil (Bill Murray) passer de son niveau de conscience égocentrique à un niveau de conscience mythique, s’éveillant du niveau brut au niveau subtil de la conscience spirituelle, et passer de la seule vie de son but biologique à l’identification et à la mise en œuvre de son but transcendantal, de créer plus de beauté et de bonté (pas de vérité et de fonctionnalité) pour gagner le cœur de Rita (Andie MacDowell).

Inside Bill’s Brain (Dans la tête de Bill)

Regardons et discutons d’un documentaire Netflix sur la passion, le but et l’amélioration du monde en partenariat avec d’autres/avec un partenaire. Peu importe ce que nous pensons personnellement de Bill Gates, je trouve cette série tout à fait inspirante. Nous verrons comment Bill a vécu sa vocation très tôt (pour résoudre des problèmes ou des absences), comment il a co-créé avec d’autres, comment il est apparemment devenu plus compatissant, comment il a rencontré sa femme Melinda, comment ils co-créent dans leur fondation, et comment il est maintenant poussé à rendre le monde meilleur. Nous verrons ses triomphes et plus encore ses échecs et comment il gère les deux. Tout à fait fascinant et inspirant (pour Martin).

When Harry Met Sally

Rejoignez Martin pour regarder et discuter de cette comédie romantique classique, belle, intelligente, touchante et révélatrice. Nous verrons les diplômés universitaires Harry Burns (Billy Crystal) et Sally Albright (Meg Ryan) discuter de la question de savoir si les hommes et les femmes peuvent vraiment être des amis strictement platoniques, et 10 ans plus tard, essayer de former une amitié sans que le sexe ne devienne un problème entre eux.

Idiocracy

Dans l’idiocratie, nous voyons pourquoi la co-création et la procréation dans des relations d’amour intégrales saines importent non seulement pour notre propre bien-être et développement, mais encore plus pour un avenir pacifique et durable pour l’humanité. Malheureusement, nous voyons de plus en plus que ce film n’est pas une blague, mais devient réalité sous nos yeux. Discutons des implications politiques, sociales et écologiques des personnes à des niveaux de conscience post-conventionnels qui procréent beaucoup moins que les personnes des niveaux précédents et de leur impact sur notre avenir.

I Heart Huckabees

Cette comédie spirituelle/philosophique chaotique, drôle et stimulante nous donnera beaucoup de nourriture pour l’introspection et la discussion. L’intrigue suit une paire de détectives “existentiels” (Dustin Hoffman et Lily Tomlin), qui sont engagés pour enquêter sur le sens de la vie de leurs clients (Jude Law, Jason Schwartzman, Mark Wahlberg et Naomi Watts). Il rappelle au sens le plus large la théorie intégrale et l’illumination évolutionniste avec ses idées de développement psycho-spirituelles. Alors que les différentes enquêtes se croisent, leur rivale et ennemie (Isabelle Huppert) essaie d’entraîner leurs clients dans ses propres vues «nihilistes et cyniques» selon lesquelles la vie n’est rien d’autre que «cruauté, manipulation et insignifiance» et doit être vécue en s’abandonnant au maintenant (qui rappelle Eckhart Tolle). A la fin du film, le potentiel d’une synthèse de ces deux visions opposées émerge.

Bliss (Le bonheur absolu)

Bliss (1997) m’a totalement hypnotisé, car il touche à tant de questions que nous avons déjà couvertes et que nous aborderons à l’avenir dans notre formation, y compris le développement sexuel, le tantra, les abus sexuels, l’ombre, les traumatismes, les troubles de la personnalité, la jalousie, la guérison, la croissance, l’anima/animus, l’éveil et les 7 chakras. Parfois, nous avons eu l’impression que le scénario avait été écrit juste pour nous. Merci José de l’avoir suggéré.

Bliss raconte l’histoire d’un couple amoureux mais qui a de nombreux défis, notamment avec sa vie sexuelle. Dans les six mois, ils racontent leurs problèmes à un thérapeute (Spalding Gray), qui utilise une approche psychanalytique traditionnelle. De plus, Maria (Sheryl Lee) se faufile dans des séances secrètes avec un sexologue du nom de Baltazar (Terence Stamp), qui “opère à la marge de l’illégalité”. Son mari Joseph (Craig Sheffer) le découvre. Après une hostilité initiale envers Baltazar qui révèle qu’il est meilleur pour cacher des choses que sa femme (allez comprendre), il devient également un client pour en apprendre davantage sur le sexe comme bonheur (qui est le niveau 9 sur l’échelle personnelle de Baltazar) et non sur l’orgasme (qui est plus bas de 4 niveaux environ). Finalement, les deux thérapeutes se rencontrent et obtiennent des informations importantes qui valident chacune de leurs approches. Maria et Joseph guérissent et approfondissent leur relation.

Marriage Story (Histoire de mariage)

Nominé pour 9 Oscars, cet original de Netflix montre l’histoire d’un divorce douloureux. Dans une perspective intégrale, nous voyons le conflit sous-jacent et insoluble entre son stade complexe Anima 3 et son passage au stade complexe Animus 4; la raison de la plupart des divorces «dans mon livre».

C’est un film lent et parfois très douloureux et comme toujours, nous aurons beaucoup à discuter après l’avoir regardé.

Love Actually (L’amour en fait)

Amusons-nous avec ce classique de Noël en identifiant les langages d’amour et en devinant les types d’ennéagramme (je sais que nous ne sommes normalement pas censés faire cela dans la vraie vie), alors que nous suivons la vie de huit couples très différents face à leur vie amoureuse dans divers contes vaguement interdépendants, tous se déroulant pendant un mois effréné avant Noël dans le Londres moderne, en Angleterre.

Ma perspective sur Love Actually a changé (ou mûri) au fil des ans. Ne vous méprenez pas, c’est toujours un film amusant, divertissant et parfois touchant.

Mais cela montre aussi douloureusement l’idée peu profonde et erronée que tout ce qu’il faut pour entrer dans une relation heureuse est de rassembler le courage de dire “je t’aime”. Semblable à “Il n’est juste pas que dans toi” et à d’autres films similaires, les protagonistes n’ont visiblement rien en commun, comme des valeurs, des intérêts ou des passions partagés, à part avoir le béguin (hormonal) l’un pour l’autre et être à un stade de développement rationnel. . D’autres choses que je remarque de manière plus critique maintenant sont l’objectivation des femmes, les références sexistes au poids des gens, les suggestions et les tentatives de réprimer les sentiments, et l’étrange «relation» entre Peter et la nouvelle épouse de son meilleur ami.

Cloud Atlas (Atlas des nuages)

Cloud Atlas joue dans six périodes différentes de 1849 à 2321. Les principaux acteurs changent de sexe et de race tout au long du film, et certains passent du mal au neutre au bien (et inversement). Les principaux protagonistes de chaque époque sont connectés (par leurs actes, leurs âmes ou leurs réincarnations ??) indiqués par leurs taches de naissance.

Ce qui rend le film intéressant et stimulant, c’est qu’il saute entre les périodes toutes les quelques minutes pour montrer les connexions et les similitudes, par exemple, d’esclavage, de batailles épiques et de libération.

Je vais donner une brève introduction afin que nous puissions regarder le film à travers le prisme des étapes de développement et des transformations de l’archaïque au trans-personnel, et du bon, vrai, beau et fonctionnel, comme les personnages bons (héroïques), neutres et mauvais les paroles et les actes, et les relations amoureuses de l’âme sœur se répandent à travers les siècles.

De manière plus subtile, on remarquera également que la composition Cloud Atlas de Robert Frobisher sera comprise comme (1) une performance initiale au piano, (2) une symphonie, (3) une interprétation par un sextet de jazz, (4) une maison d’encadrement Muzak, (5) une musique de rue futuriste coréenne, et (6) un hymne solennel chanté par un trésor de clones.

Pour citer Sonmi 451: «Être, c’est être perçu, et ainsi se connaître n’est possible qu’à travers les yeux de l’autre. La nature de nos vies immortelles réside dans les conséquences de nos paroles et de nos actes, qui continuent et se poussent à tout moment.
«Nos vies ne sont pas les nôtres. De l’utérus au tombeau, nous sommes liés aux autres, passés et présents, et par chaque crime et chaque bonté, nous créons notre avenir.

Liste de livres ou vidéos en français

Je n’ai pas l’intention de parcourir l’Internet à la recherche de livres et de vidéos sur les différents valmèmes et sujets traités dans les articles sur ce site. Par contre, si je tombe sur quelque chose qui pourrait être intéressant à connaître, je n’hésiterai pas à le publier.

LIVRES

Valmèmes ROUGE et BLEU

Dayer, Caroline: Sous les pavés, le genre. Hacker le sexisme. Editions l’aube

Dayer, Caroline: Le pouvoir de l’injure. Guide de prévention des violences et des discriminations. Editions l’aube

VIDEOS

Comment devient-on machiste/sexiste? – Dans la tête d’un macho
https://www.youtube.com/watch?v=5z52SD7njLw

 

 

“Je suis un homme simple!”

Persuadées que ceux qui écrivent cela en sont convaincus, nous nous devons d’y apporter une petite réflexion, car de plus en plus de femmes à la recherche de leur partenaire de vie se retrouvent face à ces cinq mots: Je suis un homme simple. On a l’impression que les hommes voient cela comme quelque chose de positif, mais en fait, c’est quoi un homme simple?

Un homme qui n’a pas de profondeur, qui ne sait discuter que de ce que la voisine a fait au voisin en le quittant ou de l’enfant d’un autre qui a été pris en flagrant délit de vol de pull-over de marque? Un homme qui parle toujours de choses, mais jamais d’idées?

Ou alors un homme qui vit dans la sobriété heureuse à la Pierre Rabhi? Qui tricote ses chaussettes lui-même comme certains Danois ou qui s’habille sans réfléchir, l’essentiel étant d’être habillé!

Ou encore un homme plat, sans complexité, qu’il n’est absolument pas intéressant de découvrir? Un homme avec lequel on ne pourra avoir que des discussions creuses, sans intérêt, le fameux small talk, aucun débat d’idées, un homme qui ne permet pas d’évoluer et qui ne souhaite pas évoluer?

Nous trouvons que les hommes qui écrivent cela devraient être très prudents, d’autant plus s’ils cherchent une femme simple. En fait, ils cherchent visiblement une femme qui ne les embête pas, qui ne les provoque pas, qui ne crée pas de conflit, une bonniche en somme qui fait ce qu’ils disent, pensent ce qu’ils pensent et qui n’a pas de vie propre.

Du côté féminin, nous avons souvent entendu dire dans certains milieux que les hommes simples rebutent. Avant d’aller jusqu’à ces extrêmes, un homme simple, cela questionne. Car dans notre imaginaire féminin, un homme simple ne saurait sans doute pas nous surprendre avec une décoration de Saint-Valentin menée de main de maître ou par la préparation d’un anniversaire particulier comme nous en rêvions par exemple depuis des années. Les hommes simples ne font pas cela, car ils ne peuvent pas, ils n’ont pas l’imagination nécessaire. On ne peut pas leur en vouloir, les capacités cérébrales ne sont pas distribuées à égalité entre les êtres humains. Mais il faut savoir ce que l’on met derrière ces mots d’homme simple!

Donc, Messieurs, vous êtes, pour la plupart sans doute, à la recherche de votre âme soeur. Alors soyez créatif, si vous le pouvez ou faites-vous aider, dans ce que vous lui dites ou lui écrivez, mettez-vous à sa place et ne mettez plus cette platitude qui ne veut rien dire. Remplacez l’homme simple par des phrases claires qui expriment votre besoin, vos recherches, vos désirs.

Regardez cette image, certes ironique, mais nous avons l’impression qu’elle est souvent si proche de la réalité que nous avons voulu la joindre à notre article. Un bouton pour faire fonctionner un esprit masculin, une multitude de boutons de différentes tailles et couleurs pour l’esprit féminin. De quoi se poser des questions sur l’état du monde avec de telles bases…

Charlotte, Erin et Sonia

Les rencontres pour solos à la recherche d’intégralité

Ce n’est pas un secret que de nombreux solos intégraux se languissent de trouver un ou une partenaire égal/e et opposé/e d’amitié ou d’amour. Malheureusement, nous avons très peu d’opportunités de rencontrer des personnes compatibles du Second Plateau dans notre vie de tous les jours. Et si nous en rencontrons, ce sont souvent des personnes qui ont des problèmes.

Il n’y a donc aucune honte à avoir un espoir secret ou même à développer une stratégie ouverte pour trouver ou attirer un ou une partenaire de vie, lors de rencontres ciblées.

Toutefois, flirter ou “s’attaquer” à des gens qui paraissent ouverts peut se retourner contre soi, être embarrassant et parfois même, totalement inapproprié, et de nombreuses personnes parmi les intégraux sont des introvertis qui n’essaient même pas (n’hésitez pas si vous le souhaitez à nous relater vos expériences).

Pour aider un peu Cupidon à trouver les bonnes personnes pour ses flèches ainsi que pour donner une chance à des personnes intéressées de faire connaissance dans un endroit agréable, nous développons ce site, puis par la suite des rencontres réelles.

BOOKS FOR GREEN SINGLES, COUPLES AND GREEN MEN

BOOKS FOR GREEN SINGLES AND COUPLES

The Path to Love: Spiritual Strategies for Healing, by Deepak Chopra, explores the topic of love from a left-hand, spiritual, green perspective, with its basic premise that we ARE love and that we are lovable the way we are. In essence, Chopra—like so many other spiritual teachers—makes a convincing case that our capacity for human love is a direct reflection of the depth and embodiment of our psychological health, spiritual realization, and level of ego transcendence—the three areas that support us in removing blocks to love such as anger, fear, egotism, insecurity, and mistrust (page 14). His book is a wonderful complement to this rather technical Integral relationship manual, as it addresses the idealistic and
spiritual dimension with emotional insight, depth, and many heartwarming stories, for example when he states that “A man and a woman can reflect divine love in their love for each other.” He offers a path that unites (or equates) spirit with romantic love by outlining the benefits of giving and receiving of affection, the psychosomatic stressors in the absence of love (pages 29-50), the four states of love (attraction, infatuation, courtship, and intimacy—page 64), positive thinking, realistic expectations, avoiding projections, equality, surrender that fosters (sexual) intimacy, non-
attachment, allowing, passion (for life), and cultivating inspiration/ecstasy.
As always when ignoring certain quadrants and vertical levels, we get a limited view, and this book is no exception, as it downplays or ignores perspectives of the right-hand quadrants and worldviews of orange and below (even though he mentions lower and higher levels of the seven chakras on pages 316-321). It is however a wonderful guide for lovers in green and above who see partnership predominantly as a spiritual path.

Undefended Love, by Jett Psaris and Marlena Lyons, may be the most radical book to address the upper left-hand quadrant from a GREEN altitude. This book for committed couples was inspired by the work of A. H. Almaas and other spiritual psychologists. The focus throughout is to uncover the essential self by transcending any emotional defenses that may prevent unconditional (or undefended) love. By claiming that our essential capacity to love lies within and does not depend on a loving, compatible, or perfect partner, the authors outline various false identities and defenses that we have developed to avoid re-experiencing the psychological wounds that were inflicted upon us during childhood. The book offers many useful practical exercises (see pages 55, 68, 76, 89, and 155) that support readers in owning their emotional reactions to their partner’s reality and to effectively uncover, release, and heal old pain. This allows for ever-increasing healthy closeness (intimacy) that the book clearlydifferentiates from unhealthy codependency. By learning how to stop reacting to a partner’s reality and moving from needs (or neediness) into “no-preference,” (pages 139-150), the authors suggest that we can co-create partnerships that don’t require any agreements (page 97) or certain agreeable behaviors from our partner (pages 18-20).
The premise of this book is highly challenging, especially for women, as it takes an ascending approach (being present) and requires healthy descending (surrender) in a partnership. Since it ignores all other quadrants and addresses couples instead of singles, it gets lost on many GREEN women who avoid partnerships with men for the very reasons that are outlined in the book, such as “I love myself too much to endure any more pain in a partnership,” “it is on men to become more conscious,” “a man needs to have status and money to be worthy of me,” etc. Undefended Love is
the perfect guide to support couples in second-tier to heal their remaining UL psychological wounds.

How to Be an Adult in Relationship: The Five Keys to Mindful Loving, by David Richo, starts with the premise that “all the love in the world will not bring us happiness or make a relationship work. That requires skill [and practice], and this skill is quite attainable” (page 1). According to him, most people feel loved when they receive the five A’s: (1) attention, (2) acceptance, (3) appreciation, (4) affection, and (5) are allowed the freedom to live in accord with their deepest needs and wishes. The ability to bestow these five elements unconditionally onto a partner—and ultimately the world—requires working through childhood and personal conundrums, and the practice of compassionate mindfulness and ego transcendence,
which transforms relationships into a path of psychological healing and spiritual growth. The book discusses each of the five A’s and how they apply to childhood wounds, relationships, and spiritual maturity—with the goal that the reader becomes a more loving person, with the world as his or her beneficiary. After the obligatory chapters on healing psychological wounds in part one of the book, part two provides advice on (1) choosing a partner who meets a list of criteria (page 85), 488 (2) providing “full disclosure” of positive and negative character traits, (3) rising in love (instead of falling into addictive behaviors) during the romance phase, with a helpful list to identify the difference between the two on pages 118-119, (4)
dealing with conflicts (if need be with the help of a therapist), (5) introverted and extroverted types, (6) healthy conflict versus stressful drama, (7) neediness versus needs, (8) fear of abandonment and engulfment (see list on pages 165-166), (9) jealousy, (10) infidelity, (11) letting go of ego, and (12) ending a relationship—with a list on pages 203-204 that can help to make this often difficult choice. Part three of the book is dedicated to
the spiritual potentials of committed partnerships between soul mates who support each other in their healing and growth.
As many other authors who address singles and couples at the green level, Richo calls them to balance and harmonize the four drives in the interior quadrants through psychosocial healing and a spiritual practice that will allow them to move into second-tier consciousness, where healthy committed partnerships between opposites and equals can become a reality. Unlike others, he has a talent to interweave spiritual and therapeutic aspects with pragmatic advice on how to choose a partner and make a relationship work.

Love and Awakening: Discovering the Sacred Path of Intimate Relationship, by John Welwood, presents a “psychospiritual” approach to relationships that focuses largely on the upper left-hand quadrant. He believes that we can know another, and be known, only as deeply as we know ourselves. To create a sacred relationship that reaches beyond amber duty and orange pleasure requires coming into a deeper connection with our true essential nature—both psychological and spiritual. Seen in this light, love becomes a path of awakening—rousing us from a sleep of old,
unconscious patterns into the freshness and immediacy of living more fully in the present, in accord with who we really are (introduction, page XIII).
Defining love as “be-ing fully present” in the moment (page 3) without having or doing, he notes that most couples are not really there with each other. What separates them are outer pressures of life and inner obstacles such as old beliefs, emotional reactions, fears, and patterns of denial and avoidance (page 6). By confronting these obstacles, they can regain their capacity for compassion, which is the antidote to human suffering (page 13). According to Welwood, there is no time to lose, because only between one person and another can the renewal of our world begin (introduction, page XVI). The chapters that follow outline how humans develop a false self and unconscious identity (ego) during childhood that becomes defensive when a romantic partner brings them up against the prison walls of their personality structure—which needs to be pushed against before it can be broken through (Sartre—hell is other people—page 32). In Chapter four, Welwood distinguishes between a universal kind of love that we can feel towards many human beings and the unique connection that soul mates (which he calls worthy opponents—page 54)
experience as “the opening of a further dimension—seeing and loving each other for who they could become under each other’s influence” (page 50). Overcoming the inner enemy that is all too often projected outwardly onto our partner is the topic of chapter five, which opens with a Hermann Hesse quote: “Whenever we hate someone, we are hating some part of ourselves that we see in that person. We don’t get worked up about anything that is not in ourselves.” As soul mates bring out the best and worst in each other (see chapter six, co-emergence, pages 95-99) they can use their partnership for transformation once they realize that their conflicts are rooted in a “fourfold truth” (page 103)—each partner’s objective
behavior and distorted emotional reaction. Working with the chaos of conflict by bringing the shadow into the open (page 126) through truth–telling (pages 131-138), exposing the raw edges (pages 138-139), and no-fault listening (pages 139-142) will lead to a new birth of consciousness, which is the topic of chapters seven, eight, and nine. Chapter ten outlines the inner marriage of the feminine yin and masculine yang—the balancing and harmonizing of agency, communion, ascending, and descending. 489 The next chapter is dedicated to men in relationship because “despite all their
expertise in worldly affairs, they are still primitives in their relationships with women—because fully engaging with a woman means probing the uncharted depths of their own inner life. “This is the new frontier for men today” (pages 181-182). In “the dialectic of male (animus) development,” Welwood calls for “a different brand of heroism” that overcomes men’s fear of women and to meet them “with an open heart and mind, to be receptive to what they have to teach or to hold their own ground in the face of their emotional intensity or earthy strength” (page 184). Seeing the feminine as activator (the anima that animates ), balancing his strength and softness, and channeling his forcefulness (anger and potency) in a
conscious and mindful way, can be used in the service of his sacred vision and purpose (page 199). In the final two short chapters, “Suchness and magic” and “The broken-hearted warrior and the renewal of the world” Welwood reminds us that the deeper meaning of love is not to get our needs met by an object of our desire, but a longing for the sacred presence that lies at the heart of our being and at the heart of the world. Intimate relationship is therefore the outer reflection of this sacred love affair (page 231), and “broken hearts” are actually “hearts that are broken open” to
this deeper reality (page 236). Like most other green books, Love and Awakening ignores aspects of the right-hand quadrants, but is a wonderful book for green and second-tier couples who want to explore and deepen the sacred dimension of their partnership.

The Heart’s Wisdom: A Practical Guide to Growing through Love, by Joyce and Barry Vissell, is the latest book by this couple that has walked their talk since they met in 1964, married in 1968, and started to teach relationship seminars in 1972. Interlacing many personal stories from their own journey, workshop participants, and clients, the Vissells introduce their readers to the importance of a committed love relationship as a soul mirror that allows the couple to see parts of themselves that would otherwise remain invisible (page 3). At the heart of their book are three upper-left RED/ GREEN beliefs: (1) that love continuously brings us back to ourselves, (2) that each of us is ultimately in relationship with ourselves, and (3) that this inner relationship is the spiritual path that most of us in Western culture are following (page 20). Hence their teaching embraces the idea that we cannot open to the fullness of love until we stop pointing the finger at our partner and see ourselves as the source of all our feelings, includingour reactions, independent of what he or she did to cause them (page 24). They follow the masculine logic that a deeper view of ourselves provides a deeper view of everyone else (page 22) and that who we are attracted to or repelled by represents aspects of our psyche that we need to cultivate or deal with in a better way (page 23) in ourselves. While they acknowledge that a deep connection with another soul is one of life’s most precious treasures (page 26), they frequently return to the importance of agency and the connection to the self, which can be contradictory and confusing at times, as they don’t seem to make the leap to see the relationship as a new whole. The book, which is not very linear in its approach and sometimes mixes pre-conventional believes with post-conventional experiences, has 23 chapters that cover topics such as gratitude and appreciation, constructive criticism, unspiritual and spiritual partners, overcoming fears and doubts, codependence and interdependence, learning from the mirror, anger management, saying “no,” passion and compassion, dealing with jealousy and disappointment, relationship transitions, being of service, and making love last. Each chapter closes with questions and suggestions for practices that allow motivated couples to deepen
their heart connection by strengthening their ego (sense of self, self-esteem, self-love, boundaries etc.) instead of transcending it, while making their partnership central to their life. This book seems most suitable for green and above couples with her on an ascending ego-strengthening, and him on a descending ego-transcending path.

BOOKS FOR GREEN SINGLES

If the Buddha Dated: A Handbook for Finding Love On a Spiritual Path, by Charlotte Kasl, provides a short and easy read for singles who seek a vibrant human relationship based on authenticity, equality, spirituality, and joy (page xiv). Drawing from Buddhism, Sufism, and Christianity, part one focuses on grounding through spiritual wisdom, such as awareness, compassion, and loving kindness, that leads to transcendence of needy desires or fears to be in a relationship, which she describes as manifestations of the egoic mind. Chapters six and fourteen cover the dance of oneness (communion) and separateness (agency), followed by her insight on page 44 that dating and relationship advice for red and amber
singles focuses on understanding and accepting the differences between men and women, that orange experts encourage the sexes to express themselves authentically, and that green teachers do not differentiate between the two. Part two of the book is dedicated to attracting a partner who is an equal on the level of: physical/material, intellect, interests, values/lifestyle, psychological/emotional, creativity/passion, spiritual, essence, and
sexuality (pages 62-68 and 120-127),, with chapters containing practical examples to formulate what we want and have to give in these areas (pages 7581), when to trust our attraction to another person (pages 81-84), how to free the heart from unfinished business of the past (pages 85-93), and how to open up wholeheartedly to a love relationship without reservations (pages 94-96.) Part three covers the actual dating process with chapters on staying conscious and going slow, how to overcome fears, first dates, children and dating, sexuality, and giving and receiving. Part four dives into the process of choosing a mate who will join us on a spiritual path, covering how to deal with fear and ambivalence, tonglin (often spelled tonglen) meditation for healing and compassion, four lists to set a bottom line (1) unacceptable behavior of others, (2) unacceptable behavior of our own, (3) rationalizations and stories we use to disregard our bottom line, and (4) consequences of disregarding our bottom line or not taking care
of ourselves), handling obsessions, astrology, and graphology. The penultimate chapter instructs the reader how to go deeper with a partner to create a “durable fire” and how to deal with the bittersweet moments of love, before the final chapter reminds us of the universe’s gift of a lover, with a 14-point list to rate the doubts, fears, and joys that partners may experience in their love relationship. Written from a feminine left-hand perspective, the book also addresses practical lower right-hand strategies and how to balance agency and communion. It is highly recommended for green singles of both sexes who want to attract/find a partner to join them on a spiritual Buddhist path.

Calling In “The One”: 7 Weeks to Attract the Love of Your Life, by Katherine Woodward Thomas, starts with her confession that—despite her longings to be in partnership—she was “unconsciously” unavailable to good available men until a friend asked her what she was avoiding by choosing to be alone in life (page xvi). In her early forties, childless and never married, she started to take responsibility for her attitude and hidden agendas that made her avoid love, material abundance, and commitment. A few weeks after this decision she reconnected with an old lover that she had turned down twice before, soon after got married to him, had a child, and has been doing the “happily ever after thing” for several years now.
From her own experience and work as a psychotherapist, she realized that there is a huge chasm between wanting to find an ideal partner and being truly available for that partner when he appears (page xxi). Based on this insight she developed a seven-week course with 7 x 7 = 49 lessons that instruct women to take the less-traveled intimidating and frightening path that leads to freedom from the past and love in the future, instead of repeating the same old safe patterns that ultimately lead to more of the same disappointments.
Week one, “Preparing For Love,” is dedicated to honoring the human need for others and making the space for love.
Week two, “Completions,” contains lessons on how to let go of the past and relinquish unconscious patterns.
Week three, “Healing Core Wounds,” provides suggestions for healing old childhood wounds, releasing old beliefs, and reclaiming the disowned self.
Week four, “Setting Your Course,” outlines how to set clear intentions, clarify the soul’s purpose, receive inner guidance, and make wise choices.
Week five “First Things First,” focuses on making commitments, body acceptance, a woman’s sense of self-esteem, sexual healing, and cultivating solitude.
Week six “A Life Worth Living,” makes suggestions on being happy, listening with an open heart, and speaking up.
Week seven “Living Love Fulfilled,” teaches how to move from “me” to “we,” and to live a loving enchanted life.
The book provides an upper left-hand spiritual, idealistic, “law of attraction” path to love that will speak to attractive new-age RED and GREEN women, as well as Sensitive New Age Guys (SNAGs).

A BOOK FOR GREEN MEN

The Way of the Superior Man: A Spiritual Guide to Mastering the Challenges of Women, Work, and Sexual Desire, by David Deida, is one of several books by this author that focus on the spiritual and sexual dimensions of the feminine and masculine polarity between men and women (for his other books see the Bibliography below). It challenges men to grow beyond the macho-jerk, “all spine but no heart,” and the sensitive New-Age wimp “all heart but no spine” ideals by mastering the second-tier challenges of living an authentic masculine life while embracing the feminine in themselves and in women. Although written for heterosexual men with a masculine essence (page 10), this controversial book is mostly read by women who are either outraged by Deida’s suggestions that women want to be sexually taken, fucked, and ravished by a man with an unabashed masculinity, or yearn to be with a partner as described by him. In the introduction, Deida outlines how society has moved from clearly divided feminine/masculine gender roles that are found up to amber, into a 50/50 sameness—with a disappearance of sexual attraction/polarity—in orange, and a complete role reversal in green. The 52 short chapters that follow are divided into 8 parts that cover (1) A Man’s Way—how to live fearlessly on the edge of your authentic purpose NOW, (2) Dealing with Women—that her words usually express momentary “nonlinear” feelings/emotions instead of logical finite positions, and how to stay present and love her in the NOW, (3) Working with Polarity and Energy–outlining the masculine desire for pleasurable oneness with the feminine, (4) What Women Really Want—the committed, unwavering man of her
choosing with a directed divine masculine presence and integrity that she can trust, (5) Your Dark Side—a man’s drive towards freedom and to “fuck it or kill it” that attracts the feminine, (6) Feminine Attractiveness—the masculine desire for the union of its consciousness with the fullness of life in general, and a woman’s body in particular, (7) Body Practices—how to control and “redirect” ejaculation up the spine through conscious breathing, and (8) Men’s and Women’s Yoga of Intimacy—how to balance the masculine life mission/purpose with the feminine need for connection/flow that fosters love between couples and their capacity to be of service to others.
The Way of the Superior Man will elude or annoy most men in ORANGE and below, and provoke, frustrate, or disturb men in GREEN, as it challenges them to evolve into second-tier consciousness. If your partner reads or suggests this book to you, it is a clear sign that she yearns for you to lead with your masculine while deeply connecting with her through your feminine.

CONCLUSION TO APPENDIX I

In their essence, all relationship self-help books give advice to singles and/or couples on how to effectively balance and harmonize agency and communion at a particular Kosmic Address. Picking the book that best addresses the quadrant and level of consciousness/ pathology at which the relationship problem occurs is therefore crucial for its effectiveness.
Visit www.singles2couples.org/literature.asp for additional book reviews.

Martin Ucik

Pour améliorer nos relations sociales et de couple